Publié dans Politique

Présidence du Sénat - Les jours d’Honoré Rakotomanana, comptés

Publié le mardi, 17 octobre 2017

 

Un calcul politique. C’est ainsi que bon nombre d’analystes politiques ont interprété la dernière nomination de l’ex – ministre d’Etat en charge de l’agriculture et de l’élevage, Rivo Rakotovao au poste de sénateur de Madagascar.  En principe, le président nationale du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » est censé remplacer l’ex – sénateur Ahmad, élu à la tête de la confédération africaine du football (Caf) depuis déjà plusieurs mois. Mais pour les observateurs politiques avertis, cette nomination est surtout synonyme d’éviction imminente du président du Sénat, Honoré Rakotomanana.

Les jours de cet ancien juge international sur le fauteuil de président du perchoir d’Anosikely seraient donc bel et bien comptés. Selon les indiscrétions, le principal concerné n’aurait même pas été averti sur les tractations qui se sont opérées en haut lieu. Il n’aurait donc découvert le pot  aux  roses qu’au moment de la nomination, hier. Pourtant, il aurait dû être dans la confidence d’autant plus qu’il a été nommé sous le quota présidentiel et a été élu, presque à l’unanimité, à la présidence de la chambre haute par la majorité de sénateurs aux cravates bleues au sein du palais d’Anosikely. Une élection qui lui conférait le statut d’homme de confiance du Président Hery Rajaonarimampianina mais visiblement, les donnes ont changé. Cette « mauvaise » surprise se devinait d’ailleurs dans le discours – bilan de plus d’une heure du numéro un de la chambre haute hier à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle session parlementaire. Il a particulièrement souligné l’importance du  « fihavanana » qui devrait primer sur tout autre intérêt financier selon lui. Faut – il rappeler que le doyen et président du perchoir d’Anosikely était déjà au cœur d’une tentative de destitution à deux reprises dans le courant de cette année. Son éviction pouvant survenir à tout moment, il n’aura pas dépassé les deux années à la tête du Sénat. Si l’on se réfère à l’article 46 de la Constitution malgache, Honoré Rakotomanana aurait dû assurer « les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président »  étant donné que  Hery Rajaonarimampianina en tant que futur candidat aux élections présidentielles doit démissionner de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Une disposition que le régime Hvm a voulu contourner voire exclure à tout prix par le biais d’une révision constitutionnelle qui a soulevé un tollé général chez  les partis de l’opposition et la société civile.

Sandra R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff