Publié dans Politique

Sarah Rabearisoa - Rajaonarimampianina, responsable devant l’histoire

Publié le mercredi, 18 octobre 2017

Sarah Rabearisoa, présidente nationale du Parti démocrate libéral, s’oppose farouchement au projet du régime Rajaonarimampianina de retoucher la Constitution une année avant les échéances électorales. Juriste de formation, elle met même le chef de l’Etat et son parti Hvm devant leur responsabilité historique au cas où ils persisteraient à y aller de leur propre chef au détriment de la volonté générale. La politicienne est aussi prête à relever le défi face à la velléité des tenants du pouvoir de monopoliser les manœuvres électorales. Interview (réalisée la semaine passée).

La Vérité (+) : Vous avez une position assez ferme par rapport à la conjoncture actuelle ?
Sarah Rabearisoa (=) : Le président est là pour un mandat de 5 ans. Il doit le respecter. Les expertes en droit parmi les crédibles se sont exprimées sur l’infondé du projet de retouche constitutionnelle. De plus, un comité préparatoire au sein de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a publié un rapport selon lequel il n’est nullement besoin de toucher à la Constitution à la lumière des dispositions du Code électoral. Pour nous, il est inopportun de réviser la loi fondamentale une année avant l’élection présidentielle. Une telle initiative reviendra au futur président élu. La consolidation de la démocratie doit partir des électorales sereines.
+ : Si jamais il signe et persistent à le faire ?
= : Il est responsable devant l’histoire pour la décision qu’il  va prendre.
+ : Et qu’en est-il de votre préparation quant aux prochaines élections ?
= : Puisque nous sommes un parti, nous nous tenons toujours prêts à une participation active.
+ : Vous avez alors des candidats ?
= : Il nous est un impératif et catégorique de présenter des candidats aux élections.
Propos recueillis par Manou Razafy

1 Commentaire

  • Posté par Zatobe
    vendredi, 20 octobre 2017

    Dommage que Sarah ne s'implique pas plus en politique . Des apparitions sporadiques ..

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff