Publié dans Politique

Epidémie de peste - La barre des 100 décès bientôt atteinte

Publié le jeudi, 19 octobre 2017

L’épidémie de peste n’en finit pas à Madagascar. Le nombre de décès des suites de cette maladie bat des records avec 95 morts depuis la fin du mois d’août dernier, selon les chiffres officieux du ministère de la Santé publique hier. Le décompte est insoutenable. L’épidémie a débuté il y a presque deux mois. La propagation de la maladie suit un rythme constant ces derniers temps. A ce rythme, la barre des 100 décès devrait être atteinte en cette fin de semaine. Le nombre de cas pourrait alors avoisiner les 1000. Combien de morts et de cas faut-il encore pour que le régime Rajaonarimampianina songe à repenser sa politique ? Il s’agit de sauver des vies actuellement.  Telle a été la réaction de bon nombre d’observateurs à l’annonce de l’approche de la barre symbolique. La propagation de la maladie continue de créer la psychose, notamment dans la Capitale où les habitants se sont rués sur les pharmacies pour acheter des masques et les gels désinfectants pour mains.  

Force est pourtant de constater que contrairement à il y a deux semaines où ils étaient sur tous les fronts, les tenants du régime Rajaonarimampianina semblent avoir baissé la garde, englués qu’ils sont dans d’autres problèmes. Le bilan risque de s’alourdir de jour en jour. Dans la Grande île, la question de l’épidémie ne semble pas être la vraie priorité, reléguée au second plan, loin derrière d’autres secteurs jugés prioritaires comme le remplacement du Président du Sénat Honoré Rakotomanana et autres dépenses de prestige sans impact direct sur le quotidien des populations comme ce déplacement à Rome, jugé inutile par bon nombre d’observateurs… Dans ces conditions, il sera toujours difficile de vaincre la peste, étant donné que la lutte contre une épidémie du genre requiert une vigilance de tous les instants.
En outre, les gouvernants semblent ne pas avoir de vision à long terme pour lutter contre l’épidémie.  Il est vrai que les dirigeants actuels excellent dans la prise de mesures de circonstance pour donner  l’illusion de s’occuper des problèmes de fond des populations alors qu’il n’en est rien. C’est donc, avant tout, une question de gouvernance, de vision et d’engagement politique et ensuite de moyens humains et matériels car, là où l’on met la priorité, l’on se donne et l’on trouve les moyens de sa politique.
Dans le cas précis de la peste, l’on peut se demander si les autorités malgaches n’ont pas quelque peu fait preuve de négligence, et s’il y a eu un réel suivi de l’épidémie sur le terrain. Or, tant qu’il y aura un foyer de peste quelque part, la menace de la propagation restera permanente. La dimension socioculturelle rend l’efficacité de la lutte beaucoup plus incertaine étant donné que certaines populations, fortement attachées à leurs valeurs culturelles, ne sauraient s’empêcher certains réflexes comme la manipulation des cadavres,  quand ce n’est pas une dénégation de l’existence même de la maladie qui l’emporte dans les esprits.  Ces populations ne se gêneraient donc pas de cacher des malades à la maison pour s’en occuper à la traditionnelle quand il n’est pas impossible pour elles de déroger aux rites funéraires ancestraux lorsque ces malades viennent à passer de vie à trépas.  Tous ces ingrédients, ajoutés à la pauvreté et à l’ignorance des populations d’une part, à la négligence et au manque de vision des pouvoirs publics d’autre part, font que la lutte  contre la peste est des plus difficiles.  D’où la nécessité d’un renforcement de la campagne de communication et de sensibilisation à l’endroit des populations afin d’éviter une trop grande propagation de la bactérie, et une plus grande implication des pouvoirs publics aux côtés des organismes internationaux et partenaires du pays qui s’affairent sur le terrain pour  porter assistance et réconfort aux populations, non sans difficultés…
Recueillis par  L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff