Publié dans Politique

Ministère de la Santé publique - 788 agents privés de salaire en pleine épidémie de peste

Publié le jeudi, 19 octobre 2017

Une épidémie aussi préoccupante que la peste affecte des agents du ministère de la Santé publique (MinSan). Selon de source sûre, 788 d'entre eux seront privés de salaire à partir de ce mois d'octobre. Les affectés sont répartis dans tout Madagascar et les 22 directions régionales de la Santé publique sont toutes touchées. Des médecins-chefs et des paramédicaux sont même concernés.

La décision vient du ministère des Finances et du Budget qui, après vérification à l'aide d'un logiciel de contrôle financier, a constaté que des agents de santé sont déclarés non répertoriés dans la base de données du MinSan. Une liste avec des identifications complètes, faisant mention des numéros matricules des écartés, est établie à cet effet.
Ceux dont le solde est marqué « à rayer » à partir de ce mois sont classés en trois catégories. La première comprend des fonctionnaires retraités alors que ceux en exercice en constituent la deuxième. Quant à la troisième, les noms des agents qui sont à l'étranger mais qui continuent à percevoir leur salaire à Madagascar y figurent. Ils sont vus comme des déserteurs.
Réquisitionnés
La nouvelle intervient en cette saison où la lutte contre l'épidémie de peste bat son plein. Pourtant, tous les membres du personnel du MinSan sont réquisitionnés depuis que la situation est devenue critique. En effet, le sort des agents qui verront leur salaire mensuel coupé sera des plus accablants dans les zones pesteuses.
Selon un spécialiste de l'administration publique, le cas rapporté au MinSan témoigne de la mauvaise gestion des ressources humaines au sein de ce département ministériel.
« Quelque chose ne colle pas à ce ministère. S'il est des agents dont le solde est à supprimer, la mesure ne doit pas être sélective. Elle doit relever d'un mouvement d'ensemble », indique la source.
Selon des remarques, les agents sérieux qui travaillent bien et dur sont souvent traités comme des pestiférés. Par contre, ceux dont le manque de sérieux est éloquent ou ceux familiers de l'école buissonnière sont gratifiés. Il s'agit donc de traitement injuste que l'on réserve à ceux qui ne le méritent pas.
Sans des solutions rapides, des mouvements de contestation qui menacent de saper le combat contre l'épidémie de peste peuvent se déclencher incessamment. La procédure en vue de rétablir les soldes rayés prend plusieurs mois pour aboutir alors que la peste semble avoir donné un torticolis aux responsables de bon aloi.
Manou Razafy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs
  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia

Editorial

  • Futiles doublons
    Madagascar, un archi-pauvre pays, se permet le luxe d’avoir deux ou trois instances administratives pour s’occuper d’un même secteur d’activité. Parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète, la Grande île malmène les maigres possibilités financières entre ses mains. La notion d’austérité échappe totalement à nos pauvres dirigeants. Le peu que l’on dispose doit être géré scrupuleusement et consciencieusement. Trois grands domaines sont principalement touchés par l’ineptie du gaspillage de l’argent public : l’environnement, le tourisme et le transport. Des secteurs d’activités qui nécessitent, chacun pour leur part, une meilleure gestion. Les deux premiers, grands pourvoyeurs de devises, ont besoin d’un ensemble de stratégies bien ficelé. Tandis que le troisième, le transport, exige un traitement particulier. L’environnement, un patrimoine particulièrement riche et endémique qui ne demande qu’être traité de façon méthodique et rationnel, se trouve tiraillé par le ministère de l’Environnement et de la Forêt (Mef), d’une part, et…

A bout portant

AutoDiff