Publié dans Politique

Cartes professionnelles des journalistes - Les cinq vice-présidents de l'Ojm brisent le silence

Publié le jeudi, 09 novembre 2017

« Non à l'interférence du gouvernement sur la délivrance des cartes professionnelles », peut - on lire en première ligne de la déclaration commune des cinq Vice-présidents de l'Ordre des Journalistes de Madagascar, hier. « Nous, cinq Vice-présidents de l'Ojm, représentant les six provinces de Madagascar, tenons à réagir fermement et alerter l'ensemble de la profession ainsi que l'opinion publique sur les dérives concernant la création d'une commission de délivrance de carte professionnelle pour les journalistes », souligne la même déclaration.

Rappelons qu'une décision du ministère de la Communication a fait savoir la création de ladite commission, il y a près de deux semaines.
Sur cette lancée, ces membres du bureau de l'Ojm dénoncent « l'illégalité de la décision unilatérale du ministre de créer la commission pour la délivrance de la carte de presse professionnelle et d'en nommer les membres, en totale violation des dispositions légales sur le sujet ».  Pour étayer son argumentation, l'Ojm évoque l'article 54 de la loi n°2016-029 portant code de la communication médiatisée parle très clairement de « commission paritaire au sein de l'Ordre des Journalistes pour la délivrance d'une carte d'identité professionnelle des journalistes». En d'autres termes, aucune consultation relative à la dite commission n'a eu lieu.
Selon la même déclaration,  les membres élus de l'Ojm au niveau de chaque région sont les seuls habilités à identifier les vrais journalistes qui méritent leur carte professionnelle. Une structure régionale a déjà été mise en place depuis le début de cette année pour procéder au recensement de ces journalistes suivant l'instruction du bureau national de l'OJM. L'article 55 du code de la communication stipule toujours que, « la commission paritaire est composée de représentants du Ministère de tutelle, des représentants des journalistes et des représentants des organisations patronales de la communication médiatisée. Elle est chargée de délivrer la carte d'identité professionnelle de journaliste conformément aux dispositions de l'article 54 ». Or, aucune assemblée générale des journalistes ni celle des organisations patronales n'a été tenue pour désigner ces représentants. Cette déclaration annonce un nouveau bras de fer qui oppose le ministère de la Communication et les journalistes.
Recueillis par S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina

Editorial

  • L'amer à boire !!
    Non, ce n'est pas l'amer à boire ! La formation du nouveau Gouvernement dirigé par le Premier ministre de consensus Ntsay Christian nous colle toujours à la peau. Les commentaires positifs ou négatifs vont bon train. Les esprits s'échauffent.  Des déçus et des satisfaits ! Du nectar pour certains ! De l'amer à boire, pour d'autres ! Madagascar, telle une pauvre parturiente, gravement malade, qui consulta le sorcier du village, le seul guérisseur du coin, n'avait pas tellement le choix. Le « toubib », la HCC, lui recommanda une potion à avaler d'un seul coup. Un problème ! La potion magique est difficile à avaler. Mais, il fallait le faire. L'enfant risquait sa vie.

A bout portant

AutoDiff