Publié dans Politique

Vente de la Villa Elisabeth - La famille Zafy innocente la Transition

Publié le jeudi, 09 novembre 2017

Ni le président de la Transition ni le vice-premier ministre démissionnaire candidat à la Présidence de la République ne sont responsables dans l’affaire dite Villa Elisabeth sise à Amboniloha. C’est  la révélation faite   hier après- midi par Serge Zafimahova,  unique porte-parole de la famille Zafy Albert au cours d’une conférence de presse au Centre Arrupe de Faravohitra.  Pour appuyer ses dires, le bras droit du défunt Professeur Zafy Albert, ancien Président de la République malagasy de rappeler que l’acte de  vente du terrain a été signé entre le vice-premier ministre  chargé du Développement et de l’Aménagement du Territoire de l’époque, Reboza Julien, et l’acquéreur, Mada terrain, le 24 janvier 2014.  Et lui de préciser ainsi que cette date correspond à la veille de la prestation de serment du Président de la République actuel. « Pensez-vous réellement que le Président de la Transition ou encore les autres membres du Gouvernement aient été au courant d’un acte effectué par un ministre à cette date ? », s’interroge Serge Zafimahova. Le conférencier de rajouter d’ailleurs qu’à ce fameux 24 janvier,  le numéro Un de la Transition avait d’autres préoccupations.

« Il faut être objectif », précise Serge Zafimahova, « le souci de numéro Un de la Transition à l’époque était la passation de service à Iavoloha, celui du Premier ministre était de gérer la prestation de serment, tandis que l’ancien vice- premier ministre démissionnaire n’avait plus aucune responsabilité à l’époque, c’était le ministre Julien Reboza qui était aux manettes ». Une manière à lui de réagir à ce qu’il qualifie de manipulation de l’opinion dans cette affaire.  De toute façon, devait signaler Serge Zafimahova, la procédure de vente n’a été finalisée que sous ce régime Rajaonarimampianina. Rappelant à cet égard que le terrain n’avait été enregistré que le 15 novembre 2016, que l’acte notarié n’a été établi que le 30 novembre 2016.  Ce représentant de la famille Zafy Albert renchérit en informant sur l’existence d’une procuration faite le 7 septembre 2017 par le ministre des Finances et du Budget au chef de service des logements et bâtiments administratifs, auprès de la direction du patrimoine de l’Etat, de représenter le Mfb à toute nécessité dans le cadre du transfert du titre d’une partie de la propriété. En tout cas, selon les révélations de Serge Zafimahova devant la presse hier également, le Président Zafy Albert n’a été mis au courant du  « partenariat public-privé » entourant la Villa Elisabeth que le 21 septembre 2017, lorsque ce dernier acquéreur du terrain  était venu le voir à son domicile. L’homme au chapeau de paille a envoyé l’acquéreur auprès de la direction du patrimoine du ministère des Finances et du Budget s’ils voulaient discuter du terrain. 

En somme, dans cette affaire, Serge Zafimahova accable le pouvoir actuel. « Mon rôle n’est pas de dire qui est le responsable. Cependant, dans les affectations de propriétés de l’Etat vers le secteur privé, il y a toujours deux ministères concernés à savoir le département des Finances et du Budget et le département chargé de l’Aménagement du territoire.  Dans la foulée, le bras droit de feu Professeur Zafy Albert a également réagi à l’annulation de l’acte de vente décidée par les actuels premiers responsables des départements ministériels cités supra. « C’est du cinéma », s’insurge Serge Zafimahova, qui précise qu’un arrêté ministériel ne peut suspendre un titre de propriété acquis par un privé. Une plainte au Bureau indépendant anti-corruption est faite pour dénoncer une corruption potentielle. Pour le porte-parole de la famille Zafy Albert, seul un recours déposé au niveau du Tribunal civil par la direction législation et contentieux  serait l’unique voie pour annuler la vente. 

Recueillis par   L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

La Une

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff