Publié dans Politique

Hery Rajaonarimampianina - Un président à retardement !

Publié le vendredi, 10 novembre 2017

La prise de décision du Président Hery Rajaonarimampianina prend à chaque fois du retard. A chaque apparition d'un problème d'ordre social, économique ou politique, il faut compter plusieurs jours, plusieurs semaines voire des mois pour voir enfin une réaction du Président. Un atermoiement qui pénalise l'ancien Grand Argentier dans sa fonction de magistrat suprême du pays et fait dégringoler sa cote de popularité au plus bas de l'échelle.

Hausse du prix du riz, délestage, épidémie de peste, insécurité, etc. Un lot de problèmes que le régime Rajaonarimampianina a eu du mal à gérer. Pire, les réactions du Président se font régulièrement attendre alors que le peuple souffre au quotidien.Ce ne sont pas les exemples qui illustrent ce caractère … à retardement du Président qui manquent. L'on se contentera pourtant de ne citer que quelques-uns, comme la question du délestage. Il n'est plus nécessaire de rappeler que dès la campagne électorale en 2013, avant son accession à la magistrature suprême, Hery Rajaonarimampianina avait officiellement promis de régler le délestage en trois mois. Les années ont passé et le chef de l'Etat en est à sa dernière année de mandat mais le délestage continue de faire souffrir la population tananarivienne ainsi que celle des autres grandes villes. Les trois mois se sont transformés en trois ans.

Au cours de la cérémonie d'Inauguration de la nouvelle centrale thermique d'Aksaf Power à Ambohimanambola, Hery Rajaonarimampianina a annoncé que le problème du délestage sera bientôt résolu pour Antananarivo. En revanche, rien n'est encore garanti pour les autres régions. 

Réaction sélective

Le même retard de réaction s'est fait sentir dans la gestion de l'épidémie de peste.Après avoir enchaîné les voyages à l'étranger- dont celui à Rome dernièrement - aux premières heures des décès de la peste, le locataire d'Iavoloha s'est finalement résolu à « déclarer la guerre » à ce fléau mortel, le 10 octobre dernier. Ce fut au cours d'une visite au dépôt de médicaments de la société Salama à Tanjombato que le Président s'est exprimé sur le sujet et d'en parler, par la suite, dans sa fameuse émission « fotoam - bita », le 27 octobre.Alors que les premiers décès de la peste ont été recensés au mois d'août,  il a donc fallu deux longs mois au Président pour réaliser que la peste est bien réelle. Dans certaines situations politiques, force est pourtant de constater que la réaction du chef de l'Etat est sélective. Curieusement, Hery Rajaonarimampianina semble plus rapide à réagir lorsque son siège de Président est menacé. A preuve, il ne manque pas une occasion de se prononcer à chaque manifestation ou de critiquer des membres de 

l'opposition.

Indécision permanente

« Ce grand atermoiement qui précède la prise de décision du Président HeryRajaonarimampianina pourrait être lié au caractère quelque peu indécis de l'homme », chuchote - t - on dans le cercle proche d'Iavoloha. En tout cas, ces hésitations commencent à lasser la population qui n'attend plus grand-chose de ce régime et particulièrement du chef de l'Exécutif.

Un autre dossier qui devait être réglé depuis le début de mandat du Président de la République reste en suspens. Il s'agit de la nomination d'ambassadeurs dans les pays stratégiques comme la France, les Etats - Unis, qui relèvent de la prérogative présidentielle. 

A l'allure des élans du Président, le dossier risque de rester aux oubliettes.Cette indécision permanente deviendra certainement une « marque déposée » de ce … Président à retardement !

Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff