Publié dans Politique

Rivo Rakotovao - Un candidat de substitution pour 2018

Publié le dimanche, 12 novembre 2017

A peine élu président du Sénat, Rivo Rakotovao a effectué une tournée qui l’a emmené dans la partie Nord du pays notamment du côté de Mahajanga. Lors de ce séjour, le numéro un du Palais de verre d’Anosy en a profité pour vanter les mérites du régime actuel. Pour de nombreux observateurs, le numéro deux du pays a visiblement effectué une précampagne en vue des élections de 2018. Une question que se sont posés quelques analystes est alors de savoir pour qui cette précampagne a été menée, pour l'actuel Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina ou pour lui-même.  Rivo Rakotovao, candidat à l’élection présidentielle en lieu et place de Hery Rajaonarimampianina ? Voilà une hypothèse qui fait en effet actuellement son bonhomme de chemin actuellement.

Au sein des rangs du Hery vaovao ho an’i Madagasikara, l’éventualité est évoquée. Et se pose alors l’épineuse question du remplaçant. Quelques noms sont avancés dont celui de l’actuel président du Sénat.  Pour le moment, la possibilité d'une candidature de l'actuel Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina pour un second mandat tient la corde. D’ailleurs tous les signes tendent vers un dépôt de candidature de l’actuel locataire d’Iavoloha pour se succéder à lui-même. Pour ne citer que le parachutage d’un des proches parmi les proches à la tête du Sénat ou encore l’élaboration de textes électoraux déjà très controversés au niveau des acteurs politiques et des organisations de la société civile. Au sein de la famille politique du numéro un de l’Etat, certains semblent néanmoins réfléchir déjà à un remplaçant le cas échéant. Autrement dit à devenir un candidat de substitution.  En tout cas, si Hery Rajaonarimampianina devait renoncer à sa propre succession il devrait appuyer une personnalité susceptible de reprendre le flambeau du parti Hvm. D'un point de vue statutaire et au regard des rapports de force politique, Rivo Rakotovao a pour bon nombre d’observateurs  le gabarit et la carrure  pour prétendre au poste. D’abord parce que l’homme est président d’un parti, en l’occurrence le parti Hvm.  En outre, Rivo Rakotovao bénéficie de la confiance indéfectible de l’actuel Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina qui a toujours été ministre dans les divers Gouvernements depuis le début du régime actuel. Après avoir été ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao a été nommé au Sénat pour ensuite être propulsé à la tête de cette deuxième institution du pays.  Un poste stratégique car en cas de démission de l’actuel Chef de l’Etat, ce serait au numéro un de la Chambre haute d’être amené à prendre les rênes du pouvoir.  Dans les salons huppés de la Capitale, il se dit également que Rivo Rakotovao serait le seul à oser tenir tête et à recadrer le Chef de l’Etat si besoin était. Reste que le président national du Hvm est tout autant comptable que Hery Rajaonarimampianina du bilan calamiteux du quinquennat. Un argument qui ne joue pas en sa faveur dans l’éventualité d’une candidature de sa part.  

Recueillis par  A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff