Publié dans Politique

Assemblée nationale - Une semaine décisive…ou pas !

Publié le dimanche, 12 novembre 2017

Les regards seront rivés vers Tsimbazaza ce mercredi. Le projet de loi des Finances 2018 sera au cœur d’une séance plénière prévue à cette date d’après l’ordre du jour publié par la Chambre basse dans le cadre de la session budgétaire qui a débuté à la mi – octobre. Dans cette optique, la semaine au Parlement de Tsimbazaza pourrait être décisive ou pas, dans la mesure où l’issue des débats (s’il en aura) portant sur la Lfi est déjà prévisible. Alors que la saisie au fond de la commission des Finances et du budget devait encore se poursuivre ce mardi, le texte aurait déjà fait l’objet d’adoption par les parlementaires de cette commission, la semaine dernière. Une adoption hâtive qui n’annonce rien de très positif quant à la prochaine séance plénière de ce mercredi. 

 

Un autre texte sensible passera également à l’Assemblée nationale cette semaine, il s’agit du projet de loi N°015/2017 du 13 juin 2017 sur le recouvrement et l’affectation d’avoir illicite. Le texte sera au cœur de travaux par la Commission juridique à partir de demain. Une législation qui comporte de nombreux enjeux pour les prochaines échéances électorales de 2018 et risque donc d’être source de polémique.  

Interpellation  de la société civile

 Vendredi dernier, les organisations de la société civile rassemblées au sein de la Ccoc (Collectif des citoyens et des organisations citoyennes) ont lancé une interpellation concernant le retard dans la publication de la loi des Finances 2018. A une dizaine de jours de la date limite légale de dépôt du projet de loi de Finances, ce texte devrait déjà être accessible au public.

« Dans notre légitime droit d'avoir accès à ce texte pour pouvoir émettre des avis et ce afin que l'intérêt des populations guide effectivement l'examen et le vote des parlementaires, nous demandons que le Plf2018 soit rapidement mis en ligne et que l’État ne relâche pas ses efforts pour la transparence et la recevabilité qui sont des droits pour les citoyens et des outils incontournables pour nous permettre d'avancer vers un développement inclusif et pérenne », peut – on – lire dans un communiqué du Ccoc. Une interpellation également pertinente pour les membres de la presse qui n’ont pas encore reçu de copies de ce texte d’une importance capitale pour le pays !

 S. R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff