Publié dans Politique

Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu

Publié le vendredi, 17 novembre 2017

 

Une semaine à peine après le discours cinglant de l’Archevêque d’Antananarivo, Monseigneur Odon Razanakolona à l’Université Catholique de Madagascar à Ambatoroka, la conférence des Evêques de Madagascar vient de lancer une nouvelle offensive à travers un message destiné à tous les malagasy, et qui date de jeudi dernier. 

 

Une politique basée sur le mensonge et de la démagogie, c’est ainsi que les Evêques catholiques résument la réalité dans le pays en ce moment.  « Le recherche permanente de richesses et la corruption de haut niveau règnent. L’argent et le pouvoir sont devenus maîtres. Ce ne sont plus la connaissance et la sagesse qui sont utilisées pour  le développement du pays », reprochent les Evêques. La question foncière qui échappe complètement au contrôle de l’Etat est particulièrement soulevée car, selon eux, les terrains ancestraux ont été vendus aux étrangers. Une situation qui crée des tensions voire des confrontations au sein des familles. En effet, les litiges fonciers figurent parmi les problèmes sociaux qui tiennent à cœur l’Eglise catholique.

Faut – il rappeler que l’Ekar, à travers la branche « Justice et Paix », a été parmi les premiers à dénoncer l’occupation d’une société d’exploitation minière chinoise à Soamahamanina. Beaucoup de riverains avaient protesté face à l’accaparement de leurs terrains dans ce sens. Après l’affaire Soamahamanina, d’autres situations similaires ont également été constatées dans plusieurs parties de l’île. A cela s’ajoutent les litiges fonciers qui font la une des actualités quotidiennes dans le pays et qui opposent le plus souvent des citoyens démunis à des sociétés ou ressortissants étrangers.

Un exemple à suivre

Concernant les difficultés sociales, les Evêques catholiques soulignent particulièrement la pauvreté, l’insécurité, l’inflation, la corruption. Autant de fléaux qui gangrènent la société malagasy et entretiennent la méfiance entre les citoyens. « La vérité est morte à Madagascar », selon le constat sans appel de la Cem. Sur un tout autre sujet en rapport à l’approche des élections, les Evêques catholiques redoutent déjà le retour en force des mauvaises pratiques politiques. « Les fausses promesses et les antagonismes créés volontairement entre différentes catégories de personnes vont – ils encore marquer les campagnes électorales ? », s’interroge la Cem. Notons que le message de la Cem annonce dans son entête la prochaine béatification de Lucien Botovasoa, un instituteur originaire de Vohipeno. Un martyr qui a mené une vie de chrétien exemplaire. C’est donc par rapport aux qualités de ce futur bienheureux de l’Eglise catholique que les Evêques ont formulé ce message.  « Y aura – t – il encore un malagasy qui osera se lever pour la vérité et pour l’amour de la patrie », s’interrogent les Evêques catholiques.  La Conférence des Evêques a ainsi lancé un vibrant appel à tous les malagasy pour sauver la patrie et suivre l’exemple de ce bienheureux.

Recueillis par Sandra.R

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff