Publié dans Politique

Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?

Publié le vendredi, 17 novembre 2017

Deux mois jour pour jour après le titre de docteur honoris causa remis à Rome au Président de la République malgache Hery Rajaonarimampianina, l’affaire continue de faire parler dans le microcosme politique local. Remis le 17 octobre dernier à l’ambassade de Madagascar  dans la capitale italienne, la valeur de ce titre décerné au numéro Un malgache continue d’être remis en doute par un certain nombre d’observateurs malgaches. A l’instar de l’association Wake Up Madagascar qui s’est notamment posé des questions sur « l’établissement que la communication présidentielle a qualifié ‘d’Université de Milan’ ».  Cette association a ainsi mené ses petites enquêtes.  Des investigations qui ont ainsi mis en relief le fait que l’Université qui a décerné le docteur honoris causa au locataire d’Iavoloha n’était pas la réputée Université de Milan mais l’Université populaire de Milan. 

D’après Wake up Madagascar, dans une publication sur les réseaux sociaux, l’ « Université populaire des études de Milan semble être un établissement privé d’enseignement supérieur aux contours pas très clairs », rappelant ainsi que le ministère de l’enseignement supérieur italien ainsi que l’autorité italienne de la concurrence et du marché ont intenté des procès contre l’établissement pour « faux ». Par ailleurs, la publication a laissé entendre que les  diplômes décernés par l’Université populaire n’étaient pas reconnus en Italie « mais plutôt délivrés au nom d’un autre établissement auquel l’Université populaire de Milan est affiliée ».  En somme, la publication détaillée tend à remettre en doute la crédibilité du diplôme décerné au Chef de l’Etat.  De là à parler d’un diplôme « bidon » il n’y a qu’un pas que la presse locale a franchi. Ceci étant dit, la question est donc de savoir si la Présidence était en connaissance de cause.  Certainement que s’il avait été au courant de la polémique à bord de laquelle il allait s’embarquer, le Chef de l’Etat aurait sans doute évité de se voir remettre ce titre, préfèrent penser bon nombre d’observateurs  qui espèrent que la Présidence ne se serait pas abaissé à « acheter » le titre. La question est donc de savoir qui donc a induit le chef de l‘Etat en erreur aux yeux du monde entier ?  Cette affaire rappelle pour bon nombre de personnes, l’histoire du discours prononcé par le Chef de l’Etat lors de sa prestation de serment. Quid d’ailleurs des sanctions contre ceux de ses collaborateurs qui lui ont remis ce discours qui n’est autre qu’une pâle copie d’un précédent discours prononcé par le Chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy ? Le discours avait fait le tour du web et fait parler jusqu’à l’étranger. En tout cas, jusqu’ici ni la Présidence, ni le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique malgache n’ont apporté d’explication ou de démenti officiel suite à la publication de Wake Up Madagascar.  Par principe de redevabilité, les citoyens ont le droit de savoir qu’en est-il réellement.  C’est dans cette optique visiblement que l’association Wake Up Madagascar a effectué et publié ses investigations… 

 Recueillis par  A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff