Publié dans Politique

Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres

Publié le mardi, 21 novembre 2017

Révoltant. Les Malagasy finiront par devenir des sans terre. Les prédateurs terriens avec la complicité des gens haut placés font parler d’eux encore une fois dans le District de Moramanga. Un ressortissant français résidant depuis l’an 2000 dans la capitale bezanozano accapare de force des parcelles d’une superficie totale de 500 hectares dans les Fokontany d’Ankarefo et de Tsaramiafara dans la Commune rurale d’Anosibe Ifody au détriment d’environ 3 600 habitants.

 

L’étranger exige leur expulsion sans délai alors que leurs parents ont occupé ces espaces depuis le 19e siècle. Les victimes constituent la sixième génération. Selon des observateurs, les concernés n’ont jamais été inquiétés sous les différents régimes successifs. Mais la donne change sous celui en place, poussant certains à le soupçonner de complicité avérée derrière la récurrence des litiges fonciers. Ces derniers ont tendance à se multiplier depuis l’avènement du régime Rajaonarimampianina.

 Inhumain

Pour le cas des habitants d’Ankarefo et de Tsaramiafara, le soi-disant nouveau propriétaire a commencé à faire parler de lui depuis le 21 janvier 2016. Il a exigé le départ immédiat des occupants traditionnels. Le Français plante des ananas là où les pauvres paysans font pousser du riz dans les vallons et plaines. Il interdit les cultivateurs de ramasser le riz mur dans leurs propres rizières. C’est tout simplement inhumain en ce moment où la flambée du prix sur le marché fait grincer les dents.

Intrépide et méprisant à l’égard de la loi malagasy, le Français s’est même 

permis de barrer la piste reliant trois Communes rurales contigües à savoir Marovitsika, Ambohibary et Anosibe Ifody. Il y plante aussi des ananas. Si les autorités ne réagissent pas à un tel acte de provocation, c’est qu’il y a réellement une vraie connivence quelque part. C’est une offense délibérée à la Constitution de la République qui stipule la libre circulation des biens et personnes sur toute l’étendue du territoire.

 Convoquées

Continuant ses exactions à l’encontre des habitants sans défense, le ressortissant étranger a fait emprisonner depuis un mois une femme. Propriétaire d’une parcelle boisée et détentrice d’un permis de coupe en bonne et due forme, celle-ci est accusée de vol et de destruction des propriétés privées en voulant couper ses propres arbres. Pour ce fait, elle est placée sous mandat de dépôt sans que la date d’audience soit connue jusqu’ici. Pas plus tard que vendredi dernier, le même Français a surpris un homme âgé en train de garder des bœufs dans les champs. Il a ligoté et maltraité le pauvre avant de le conduire au poste de la Gendarmerie à Moramanga où il sera mis en violon. L’homme est libéré suite à des tapages médiatiques qui ont fait monter les voix au niveau local.

Jusqu’ici, presque  personne ne se penche sur le cas d’Anosibe Ifody excepté le député de Madagascar élu à Moramanga Henri Charles Randriamahefa. Le parlementaire est descendu sur les lieux lundi dernier pour constater de visu les réalités sur le terrain. Mais son passage a été une autre occasion pour le prétendant propriétaire étranger de porter plainte contre six personnes âgées des deux Fokontany. Elles seront convoquées à la Brigade de la gendarmerie ce jour.

Manou Razafy

1 Commentaire

  • Posté par Jean-Marc Rolland
    mercredi, 10 janvier 2018

    Bonjour Manou Razafy,

    Y-a-t'il une action en justice envers ces personnalités qui exproprient les propriétaires locaux ?

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Saisie de bois de rose chez TIKO Sambaina - Opération menée par Rolly Mercia
  • 69 ans aujourd’hui - Marc Ravalomanana plombé par son âge
  • Ministère de la Justice - Tout manquement professionnel n’est toléré
  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana

La Une

Editorial

  • Indétrônable
    Le « duel » mettant aux prises les deux finalistes pour le second tour du 19 décembre 2018 montra une nette avance en faveur du jeune et perspicace leader de la Révolution Orange portant le dossard n° 13. Apparemment, Andry Nirina Rajoelina (ANR) gardait jalousement son poste de pole position vis-à-vis de son « éternel adversaire », Marc Ravalomanana du numéro 25. Le premier débat télévisé de deux heures et demie, à l’intention des deux candidats admis au deuxième tour et organisé par la chaîne nationale publique TVM se déroulait ce dimanche dernier dans une ambiance de pugilat quelque peu ...déséquilibré.  Durant toute la séance du débat, le poulain du TGV/MAPAR ne se sentait, à aucun moment, déséquilibré nonobstant le comportement parfois provocateur de l’autre appuyé par lui des partisans qui ne se gênaient pas à des scènes de provocations. Au contraire, loin d’être perturbé, il (ANR) perce.

A bout portant

AutoDiff