Publié dans Politique

Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres

Publié le mardi, 21 novembre 2017

Révoltant. Les Malagasy finiront par devenir des sans terre. Les prédateurs terriens avec la complicité des gens haut placés font parler d’eux encore une fois dans le District de Moramanga. Un ressortissant français résidant depuis l’an 2000 dans la capitale bezanozano accapare de force des parcelles d’une superficie totale de 500 hectares dans les Fokontany d’Ankarefo et de Tsaramiafara dans la Commune rurale d’Anosibe Ifody au détriment d’environ 3 600 habitants.

 

L’étranger exige leur expulsion sans délai alors que leurs parents ont occupé ces espaces depuis le 19e siècle. Les victimes constituent la sixième génération. Selon des observateurs, les concernés n’ont jamais été inquiétés sous les différents régimes successifs. Mais la donne change sous celui en place, poussant certains à le soupçonner de complicité avérée derrière la récurrence des litiges fonciers. Ces derniers ont tendance à se multiplier depuis l’avènement du régime Rajaonarimampianina.

 Inhumain

Pour le cas des habitants d’Ankarefo et de Tsaramiafara, le soi-disant nouveau propriétaire a commencé à faire parler de lui depuis le 21 janvier 2016. Il a exigé le départ immédiat des occupants traditionnels. Le Français plante des ananas là où les pauvres paysans font pousser du riz dans les vallons et plaines. Il interdit les cultivateurs de ramasser le riz mur dans leurs propres rizières. C’est tout simplement inhumain en ce moment où la flambée du prix sur le marché fait grincer les dents.

Intrépide et méprisant à l’égard de la loi malagasy, le Français s’est même 

permis de barrer la piste reliant trois Communes rurales contigües à savoir Marovitsika, Ambohibary et Anosibe Ifody. Il y plante aussi des ananas. Si les autorités ne réagissent pas à un tel acte de provocation, c’est qu’il y a réellement une vraie connivence quelque part. C’est une offense délibérée à la Constitution de la République qui stipule la libre circulation des biens et personnes sur toute l’étendue du territoire.

 Convoquées

Continuant ses exactions à l’encontre des habitants sans défense, le ressortissant étranger a fait emprisonner depuis un mois une femme. Propriétaire d’une parcelle boisée et détentrice d’un permis de coupe en bonne et due forme, celle-ci est accusée de vol et de destruction des propriétés privées en voulant couper ses propres arbres. Pour ce fait, elle est placée sous mandat de dépôt sans que la date d’audience soit connue jusqu’ici. Pas plus tard que vendredi dernier, le même Français a surpris un homme âgé en train de garder des bœufs dans les champs. Il a ligoté et maltraité le pauvre avant de le conduire au poste de la Gendarmerie à Moramanga où il sera mis en violon. L’homme est libéré suite à des tapages médiatiques qui ont fait monter les voix au niveau local.

Jusqu’ici, presque  personne ne se penche sur le cas d’Anosibe Ifody excepté le député de Madagascar élu à Moramanga Henri Charles Randriamahefa. Le parlementaire est descendu sur les lieux lundi dernier pour constater de visu les réalités sur le terrain. Mais son passage a été une autre occasion pour le prétendant propriétaire étranger de porter plainte contre six personnes âgées des deux Fokontany. Elles seront convoquées à la Brigade de la gendarmerie ce jour.

Manou Razafy

1 Commentaire

  • Posté par Jean-Marc Rolland
    mercredi, 10 janvier 2018

    Bonjour Manou Razafy,

    Y-a-t'il une action en justice envers ces personnalités qui exproprient les propriétaires locaux ?

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente

Editorial

  • Banale stratégie… !
    A la Une du journal que vous tenez à la main, il y a une semaine de cela, il a été fait mention « Scission au sein du HVM- Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle !» (La Vérité du 11 juillet 2018). En vérité, La Vérité de par sa pertinence et sa perspicacité à étaler au grand jour sinon tout haut ce que d’autres susurrent tout bas, n’hésite point à scruter et à dénoncer des « non-dits ». Car « toute Vérité est…bonne à dire ». Dans la réalité des faits, la scission au sein du HVM n’est plus un secret pour tous. Ce « grand » parti aux pieds d’argile vit mal sa croissance et sa…puissance. En effet, une grave crise de croissance bouillonne et mine l’intérieur du parti. Une crise de leadership que le noyau dirigeant de ce parti fondé, à la hâte, par le candidat de substitution  Hery Rajaonarimampianina, ne parvient pas à…

A bout portant

AutoDiff