Publié dans Politique

Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !

Publié le mercredi, 22 novembre 2017

En principe, l'enquête concernant la vente de la villa Elisabeth, ou plutôt la propriété « St Antoine IV », se trouve entre les mains du Bureau indépendant de la lutte contre la corruption (Bianco). Vendue à 1.000 ar le mètre carré, la propriété d'une superficie de 1ha sise à Ivandry appartenait à l'Etat Malagasy  et pourvue par le biais de la villa Elisabeth au regretté Zafy Albert en sa qualité d'ex-président de la république. D'après le contrat de vente signé le 24 janvier 2014, le vice- premier ministre de l'époque l'a cédé, à un prix ridiculement bas, à un dénommé Gérald Ramangasoavina, gérant d'une société Madaterrain.

Outre cette affaire juteuse sentant à mille lieux la corruption, le nom de cet acquéreur refait surface cette semaine à travers ses sociétés de promotion immobilière dont « Tany Gasy ». Celle-ci dans un passé récent a proposé à des particuliers des terrains dans la périphérie de la capitale à des prix alléchants et ce accompagné d'une facilité de paiement. Des encarts publicitaires vantant ces offres ont été achetés par « Tany gasy » dans la presse écrite avec comme point de rencontre des intéressés et les vendeurs à l'Académie Nationale des Sports à Ampefiloha. Un des quotidiens faisant partie du groupe de presse du journal « La Vérité » n'a pas pu  recouvrir jusqu'à maintenant la somme de 14 millions Ar que lui devait cette société de Gérald Ramangasoavina. Fermons la parenthèse.
 Au début de la semaine en cours, des victimes de « Tany Gasy » sont montées au créneau et ont décidé de porter plainte auprès des autorités compétentes. Elles, selon leurs dires, n'ont reçu ni titre ni la moindre once de terrain alors que le paiement a été déjà effectué. Lasses des négociations sans lendemain avec le gérant de « Tany Gasy » et la promesse non tenue par ce dernier après qu'il était épinglé par la police nationale, les victimes ont enclenché la vitesse supérieure en effectuant une sortie médiatique. Leur rêve de  devenir propriétaire tourne en effet au cauchemar.A voir de très près, il s'agit d'une pure escroquerie. Et dire que la vente de la propriété St Antoine IV, à une autre société immobilière, aurait rapporté un milliard Ar au gérant de la société Madaterrain et également propriétaire de « Tany Gasy ».
Plus d'un s'interroge ainsi sur les raisons ayant conduit Reboza Julien à conclure une affaire avec ce genre de promoteur immobilier loin d'être clean. Suite à cette affaire de la villa Elisabeth, le gérant de Madaterrain est frappé d'une interdiction de sortie du territoire (Ist). Reste à savoir si l'intéressé séjourne encore au pays ou l'a quitté en douce après l'éclatement de la vente illicite de ce domaine de l'Etat….
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff