Publié dans Politique

Présidentielle 2018 - Mailhol sur les traces de Rajaonarimampianina ?

Publié le lundi, 04 décembre 2017

Il n'y a visiblement pas que Hery Rajaonarimampianina et le Hery vaovao ho an'ny Madagasikara qui mènent une précampagne pour la présidentielle de 2018. Discrètement, le pasteur Mailhol, candidat déclaré, est manifestement en train de préparer le terrain depuis quelque temps.

D'une part, un certain nombre d'observateurs n'ont pas pu s'empêcher de remarquer que le  prédicateur sillonnait ces derniers temps le pays. Il semble suivre les traces de l'actuel Chef de l'Etat qui parcourt le territoire pour ses inaugurations et ses tournées, et qui fait d'une pierre deux coups en faisant la précampagne pour la présidentielle, selon de nombreux analystes. En tout cas, en ce qui concerne le pasteur Mailhol, ce dernier s'est ainsi rendu dernièrement à Toamasina pour y inaugurer le nouveau bâtiment de la Radio Mazava Atsinanana. 
D'autre part, les propos du pasteur Mailhol lors de ses discours récents, sonnent aux oreilles des observateurs comme une précampagne avant la lettre. A travers ses prises de parole, le pasteur Mailhol prend position par rapport à des thèmes d'actualité, dénonçant notamment la hausse du prix du riz, la cherté des carburants ou encore le fait que de nombreux malagasy ne peuvent plus se soigner.  La pauvreté et la prolifération de l'insécurité autant dans les grandes villes que dans les campagnes et les routes nationales sont également autant de thèmes abordés durant ses interventions. Des thèmes qui s'apparentent à des thèmes de campagne… La vente de terrain aux étrangers est également souvent critiquée par le pasteur Mailhol. Et ce dernier d'indiquer ainsi que son parti politique le « Gideona Fandresena ny fahantrana eto Madagasikara » a un projet de société pour résoudre le problème foncier à Madagascar.
« S'il est prouvé que des Malagasy ont aménagé des terrains depuis plus de 30 ans voire 50 ans et qu'un nouveau venu prétend détenir les titres des terrains depuis deux ans seulement, les terrains seront remis à ceux qui les ont aménagés depuis longtemps et tous ceux qui seront convaincus de complicité dans la cession de ces terrains seront emprisonnés, qui qu'ils soient. Je serai inflexible en ce qui concerne les terres malagasy cédés aux étrangers. Je lutterai contre cela le moment venu. J'en ferai ma priorité », a-t-il lancé dernièrement. Des propos aux allures de discours de précampagne, jugent quelques observateurs.
Ceci étant dit, force est de constater actuellement que chacun fait ce que bon lui semble, sans que rien ni personne n'y redisent quoi que ce soit. Les observateurs assistent actuellement à une véritable période de précampagne électorale débridée. En menant une précampagne précoce, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina donne en effet le mauvais exemple à suivre pour tous…
Recueillis par A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff