Publié dans Politique

Régime Rajaonarimampianina - A l’image d’un certain Mbola le fou

Publié le lundi, 04 décembre 2017

Pour ceux qui ne le connaissent pas, « Mbola adala » (Mbola le fou) est le sujet d’un des titres du groupe mythique malagasy Mahaleo, lequel raconte le cas d’un aliéné mental qui avait ses quartiers au marché de Sabotsy à Antsirabe. Le côté cocasse de l’histoire ? Alors que tout le monde savait que Mbola était fou, de son côté, ce dernier était persuadé que ce sont tous ceux qui étaient autour de lui qui étaient détraqués. Le régime Rajaonarimampianina, en guise de riposte aux tirs à boulets rouges venant de tous les horizons dont il est la cible ces derniers temps, n’a rien trouvé de mieux que de réagir exactement comme Mbola le fou : accuser de tous les maux systématiquement tous ceux qui le critiquent, prétendant ainsi être le seul à avoir raison.

 

Membres de la société civile, parlement européen, Union africaine, les quatre Eglises chrétiennes regroupées au sein du Ffkm, étudiants et professeurs d’université (on laissera de côté les politiciens de l’opposition dont une des vocations est de critiquer le pouvoir en place), tous en ont eu pour leur grade pour avoir dénoncé la situation catastrophique dans laquelle le pays est plongé actuellement, tout en pointant du doigt le mode de gouvernance chaotique du Hvm comme étant à la source de cet état des choses. Une double constatation  -  pratiquement unanime - que les autorités en place refusent évidemment de reconnaître, ne serait-ce que partiellement. Pire, non seulement les caciques du régime s’entêtent à persister dans l’erreur en refusant de voir la réalité en face, mais ils se mettent aussi à diaboliser ceux qui s’aventurent à les mettre face à leur responsabilité.

Plus dure sera la chute

 C’est ainsi que les parlementaires européens, en reprenant point par point tous les sujets brûlants qui ont dominé l’actualité nationale de ces dernières années, furent carrément taxés d’être manipulés par les opposants, tandis que l’Union Africaine est pointée du doigt comme étant la caisse de résonnance de ces derniers. Le Ffkm, pour sa part, pour avoir préconisé un changement radical dans la conduite des affaires nationales afin mettre un cran d’arrêt à la descente aux enfers de la population, est qualifié de putschiste en puissance. Mieux (ou pire, c’est selon) ce conseil œcuménique  des Eglises chrétiennes de Madagascar est accusé d’avoir orchestré les crises cycliques qui ont jalonné l’histoire du pays. Quant aux autres « empêcheurs de tourner en rond » (société civile, universitaires), malgré la pertinence de leurs critiques, s’ils ne sont pas accusés d’être à la solde de l’opposition, sont qualifiés de vulgaires chasseurs de siège. Inconscience, insouciance ? Cette attitude du Hvm n’est pas sans rappeler celle des partis au pouvoir, peu de temps avant leur chute spectaculaire. Il en a été ainsi pour le Psd, l’Arema et le Tim 

(respectivement première, deuxième et troisième République). Il n’en demeure pas moins cependant que, en  matière d’arrogance, le Hvm bat tous les records, alors que paradoxalement, il bat aussi celui de l’impopularité.  Il est alors à craindre que la chute de ce régime au pied d’argile soit encore plus dure que celles de ses prédécesseurs.  Gare à ceux qui n’auront pas eu le reflexe de quitter le navire assez tôt (tandremo tratra farany).

Hery Mampionona

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff