Publié dans Politique

Fédération des associations des consommateurs - Un sit-in contre la hausse du coût de la vie

Publié le lundi, 04 décembre 2017

Excédée par la récente hausse du prix des carburants et également la forte hausse des produits de consommation de base tels que le riz, la fédération des associations des consommateurs décide ainsi de passer à l’action. Elle prévoit ainsi de tenir une mobilisation dans le but de protester contre la hausse des produits pétroliers qui augmentent davantage le coût de la vie de la population. Cette plateforme envisage effectivement de tenir un sit-in ce jour devant le siège du ministère de l’Eau de l’Energie et des Hydrocarbures à Ampandrianomby.

Des banderoles traduisant leur mécontentement par rapport à la situation délicate que connaît le pays depuis quelque temps seront également brandies durant cette manifestation, selon les explications des leaders de ce mouvement. En parallèle, la fédération encourage les automobilistes et les motocyclistes à faire retentir leurs klaxons à dix heures pétantes durant cinq minutes en signe de désapprobation de la récente montée du prix des carburants. La manifestation sera destinée principalement à exiger du gouvernement la baisse du coût des carburants, à en croire les explications.  D’après les informations recueillies, les membres de cette fédération auraient remis une demande de rencontre avec le ministre hier dans la journée. La tenue du sit-in ne dépendra en revanche pas de la réponse du ministre à cette demande d’audience, explicite un des leaders de la fédération de consommateurs. En début de l’après-midi, la fédération prévoit de se rendre à Ambohijatovo Ambony  au niveau de la direction centrale du même département ministériel.

 La grogne

 Pour diminuer le coût des carburants, seule la bonne volonté de l’Exécutif serait requise pour remédier à la situation actuelle. Un simple décret suffirait, selon certains membres du mouvement.  La Fédération opine pour une réévaluation de 100% de la monnaie nationale, la suppression du Marché interbancaire des devises ainsi que l’instauration d’un taux de change fixe. Une solution proposée depuis plusieurs années par l’économiste Jean Jacques Ratsietison. D’après les calculs effectués par cette fédération, avec ces mesures, le gasoil descendrait à 1595 ariary, l’essence sans plomb 95 coûterait 1920 ariary le litre et le pétrole 1185 ariary et le kilo du riz ne dépasserait pas les 1600 ariary. Face à l’inflation, la grogne monte. Reste cependant à savoir si la population ose franchir le pas et va suivre le mouvement initié par ce mouvement. En tout cas, malgré les nombreuses interpellations tous azimuts sur la hausse vertigineuse des prix des produits de consommation, le régime Hvm fait preuve d’une surdité étonnante voire d’un mépris. Le dernier conseil des ministres n’a visiblement pas abordé le sujet. En outre, le Président de la République ne dit rien et préfère aller faire du tourisme au Japon… Le régime joue en tout cas avec le feu, en ne trouvant pas des solutions pour enrayer la spirale infernale de hausse.

  A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo
  • Sefafi - « Une période électorale de tous les dangers »
  • Constats sur la Première dame - Des parlementaires défendent leur patronne…
  • Forum de Dakhla - Hajo Andrianainarivelo représente Madagascar

La Une

Editorial

  • L'ingérable
    La Grande île échapperait-elle à tout contrôle ? Les dirigeants, maîtres de ce régime, ne parviendraient-ils pas à maîtriser la gestion des affaires nationales ? Tout porte à croire que le pays est sens dessus dessous ! Une cacophonie d'indiscipline et de cafouillage où tout semble, apparemment, permis.

A bout portant

AutoDiff