Publié dans Politique

Gendarmes corrompus - Le chef de région Alaotra-Mangoro crève l’abcès

Publié le lundi, 04 décembre 2017

En diplomate, Désiré Ranarisoa, chef de région Alaotra-Mangoro, a profité de la grande réunion sur la gestion des zones limitrophes qui s’est tenue à Ambatondrazaka, la semaine passée, pour dénoncer en termes doux l’abus de certains éléments de la gendarmerie nationale. « Nous connaissons tous que les forces de l’ordre, surtout la gendarmerie, sont corrompues. Les gens en parlent et les responsables étatiques souhaitent que toutes formes de corruption doivent être bannies de la pratique », a lancé le patron de l’administration régionale. Il a toutefois reconnu que la corruption existe partout dans le monde. Selon lui, l’efficacité des missions de cette institution serait vaine sans la lutte contre la corruption.  « Je ne vise personne. Mais j’attire votre attention sur ce qui se passe hors de vue, loin des regards indiscrets dans des zones faiblement desservies par les voies de communication », s’est-il adressé à des hauts responsables militaires dont le général Njatoarisoa Andrianjanaka, commandant de la circonscription régionale (CIRGN) d’Antananarivo, officiers et sous-officiers. Selon l’orateur, il a reçu beaucoup de doléances concernant les agissements des gendarmes. « Je ne suis pas en mesure de confirmer si les informations qui nous sont parvenues sont toutes véridiques ou non. Il n’est pas en tout cas de mon habitude de retenir les informations. Je les communique toujours à qui de droit. N’ayez pas le regard porté uniquement sur les zones accessibles. Il est impérieux de prendre des dispositions permettant de surveiller de près ceux affectés dans les zones reculées. Nous avons reçu tant de renseignements venant de  là-bas », a-t-il insisté.

  Manou Razafy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff