Publié dans Politique

Exportation de bois précieux - Madagascar toujours sous embargo

Publié le mercredi, 06 décembre 2017

Interdiction maintenue. La décision de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d'extinction (Cites) vient de tomber. Ce fut à l'issue de la 69ème réunion de son comité permanent à Genève du 27 novembre au 1er décembre derniers que la Cites a décidé de maintenir l'embargo dans l'exportation des bois de rose, du palissandre et du bois d'ébène pour Madagascar. Une réunion à laquelle a assisté la ministre de l'Environnement, de l'Ecologie et des Forêts, Ndahimananjara Johanita.

«  Le cas des bois précieux de Madagascar a suscité de longues discussions. D'ailleurs, une session a été consacrée aux questions spécifiques à ces espèces, dont les bois d'ébène, palissandres et bois de rose », peut - on lire dans le communiqué du fonds mondial pour la nature (Wwf) à ce sujet.
A priori, la Cites s'est particulièrement penchée sur les forêts humides de l'Atsinanana, site du Patrimoine mondial de l'Unesco, qui abritent certaines des forêts les plus vierges de la planète et des écosystèmes uniques. Un endroit qui figure également dans la liste des sites en péril de l'Unesco pour différentes raisons dont les activités minières illégales, le braconnage des lémuriens, mais surtout la surexploitation de bois précieux liée au trafic de ces espèces. 
 Progrès insuffisant
Constatant un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d'action sur les bois précieux de Madagascar, le Secrétariat Général de la  Cites a donc proposé de maintenir la recommandation aux  pays membres de la Convention de ne pas autoriser les exportations ou réexportations à des fins commerciales, de spécimens de bois d'ébène,  de bois de rose et de palissandre de Madagascar, selon toujours le Wwf.
Une décision qui est soutenue par le bureau du Wwf à Madagascar. « Nous appelons les autorités à redoubler d'efforts dans la mise en œuvre du plan d'action, en particulier, dans l'application des lois en vigueur concernant l'exploitation illicite de ces espèces et les auteurs de ces faits », a déclaré Nanie Ratsifandrihamanana, directrice du Wwf Madagascar. Supplanté par les différents problèmes sociaux qui préoccupe le commun des malagasy, le trafic des bois précieux dont le bois de rose, en particulier, continue de faire rage dans le Grand nord.
Recueillis par Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff