Publié dans Politique

Exportation de bois précieux - Madagascar toujours sous embargo

Publié le mercredi, 06 décembre 2017

Interdiction maintenue. La décision de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d'extinction (Cites) vient de tomber. Ce fut à l'issue de la 69ème réunion de son comité permanent à Genève du 27 novembre au 1er décembre derniers que la Cites a décidé de maintenir l'embargo dans l'exportation des bois de rose, du palissandre et du bois d'ébène pour Madagascar. Une réunion à laquelle a assisté la ministre de l'Environnement, de l'Ecologie et des Forêts, Ndahimananjara Johanita.

«  Le cas des bois précieux de Madagascar a suscité de longues discussions. D'ailleurs, une session a été consacrée aux questions spécifiques à ces espèces, dont les bois d'ébène, palissandres et bois de rose », peut - on lire dans le communiqué du fonds mondial pour la nature (Wwf) à ce sujet.
A priori, la Cites s'est particulièrement penchée sur les forêts humides de l'Atsinanana, site du Patrimoine mondial de l'Unesco, qui abritent certaines des forêts les plus vierges de la planète et des écosystèmes uniques. Un endroit qui figure également dans la liste des sites en péril de l'Unesco pour différentes raisons dont les activités minières illégales, le braconnage des lémuriens, mais surtout la surexploitation de bois précieux liée au trafic de ces espèces. 
 Progrès insuffisant
Constatant un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d'action sur les bois précieux de Madagascar, le Secrétariat Général de la  Cites a donc proposé de maintenir la recommandation aux  pays membres de la Convention de ne pas autoriser les exportations ou réexportations à des fins commerciales, de spécimens de bois d'ébène,  de bois de rose et de palissandre de Madagascar, selon toujours le Wwf.
Une décision qui est soutenue par le bureau du Wwf à Madagascar. « Nous appelons les autorités à redoubler d'efforts dans la mise en œuvre du plan d'action, en particulier, dans l'application des lois en vigueur concernant l'exploitation illicite de ces espèces et les auteurs de ces faits », a déclaré Nanie Ratsifandrihamanana, directrice du Wwf Madagascar. Supplanté par les différents problèmes sociaux qui préoccupe le commun des malagasy, le trafic des bois précieux dont le bois de rose, en particulier, continue de faire rage dans le Grand nord.
Recueillis par Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle

Editorial

  • Irrécupérables !
     Pour la énième fois, en début de semaine, les étudiants de l’Université d’Ankatso étaient sortis de leurs gonds. Effectivement, ils s’émancipèrent de leur domaine, l’université, pédagogiquement parlant, pour exprimer publiquement et ouvertement leur vive colère. Il y a eu des échauffourées avec les Forces de l’ordre. En cause, le faux bond du Ministère de tutelle. Rappel des faits, le week-end dernier, à l’issue d’une houleuse réunion entre les représentants, d’une part, du Ministère de l’Enseignement Supérieur (Mesupres) et ceux des étudiants, de l’autre, relative au paiement des bourses, il a été convenu que les responsables du Mesupres afficheront, sans faute, le lundi prochain le calendrier des paiements des bourses. Rendez-vous que les gens du Ministère ont, tout simplement, raté. Et les techniciens du Mesupres se rabattent au cataclysme naturel (Ava) pour se dédouaner.

A bout portant

AutoDiff