Publié dans Politique

Délivrance de « Livret Fascul » - L’Apmf mène en bateau les marins pêcheurs

Publié le jeudi, 07 décembre 2017

 Une vingtaine de jeunes  marins pêcheurs sont bloqués dans la Capitale, depuis le mois d’octobre dernier. Ils sont issus de Maroantsetra, Toamasina et Sainte Marie. Ils attendent la délivrance de leurs « Livrets Fascul »,  qui sont aussi bloqués par des responsables de  l’Agence portuaire maritime et fluviale (Apmf) à Alarobia. Certains d’entre ces jeunes sont licenciés de leur travail, et d’autres ont vendu leurs biens pour pouvoir rejoindre la Capitale en espérant avoir ce passeport.  Selon leur version, ils ont déjà payé tous les droits, notamment  la somme de 240 000 ariary pour une visite médicale, 7000 ariary pour le frais d’inscription et 28 000 ariary pour le livret.

« Après avoir rempli tous les formulaires, ainsi que les procédures que  nous devons suivre. On nous a donné  reçu un ticket en attendant le « passeport des marins ». Mais jusqu’à maintenant rien. Nous sommes coincés ici. » Hier, les jeunes accompagnés par le représentant de l’association des marins pêcheurs de Toamasina (Ampt) ont rencontré les responsables au sein de l’Ampf. Après une heure de rencontre, ils sont sortis de la salle, la tête basse. Aucun d’eux n’a voulu rendre compte aux journalistes quant au déroulement de la réunion. Visiblement, ils sont déçus de l’issue de la rencontre. D’après la représentante de l’association, l’Apmf a expliqué que les livrets sont en rupture de stock et que les demandeurs devront encore attendre. « On nous avisera  au moment opportun » explique notre interlocutrice. Pourtant, selon une information émanant de l’Imprimerie nationale qui fournit les livrets, elle a déjà livré 520 livrets à l’Apmf,  au mois de novembre dernier.  C’est après la délivrance des passeports marins que ces jeunes pourront suivre des formations et travailler dans les bateaux de pêche. En attendant, ils grossissent le rang des chômeurs….

  Receuillis par  Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff