Publié dans Politique

Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Publié le mercredi, 13 décembre 2017

Des scènes irréalistes. Hier dans la journée, une meute d’individus en furie a attaqué la maison centrale de la ville d’Ikongo, dans le Sud-est de Madagascar. Ils réclamaient la tête de détenus accusés de meurtre. Selon les chiffres d’une source locale bien informée, ils étaient aux alentours de 800 personnes.  La décision du parquet du tribunal local de placer des personnes incriminées en détention préventive ne serait pas du goût des assaillants, visiblement décidés à faire justice eux-mêmes, selon les premiers éléments d’information.  La horde d’habitants en colère s’est en tout cas présentée aux portes de la maison centrale de la ville, réclamant qu’on leur livre les dix détenus. La meute d’individus a ainsi pénétré la cour de la maison centrale, faisant du forcing sur les gardiens de la prison.  Alertés, les responsables locaux ont transféré les détenus à la prison de Mananjary mardi soir pour des raisons de sécurité. N’ayant pas obtenu ce qu’ils recherchaient, les habitants ont vu rouge et ont ainsi pris en otage les agents pénitentiaires. D’après certaines informations difficiles à recouper pour l’heure, la main d’un personnel pénitentiaire aurait été coupée durant la prise d’otage. 

 

L’attaque de la prison d’Ikongo a provoqué l’évasion d’environ 160 détenus, selon les chiffres  communiqués par la gendarmerie. En effet, les prisonniers ont saisi leur chance en raison de l’importance de l’attaque.  Indépendance bafouée Dans la foulée, les manifestants ont également littéralement pris d’assaut la caserne de la gendarmerie située non loin de la prison, toujours à la recherche des détenus présumés meurtriers. Aucune casse n’a en revanche été communiquée.  D’après les informations également, les habitants auraient également recherché les magistrats de la ville d’Ikongo. Accusés d’être des corrompus et craignant pour leur vie, ces juges ont réussi à prendre la fuite. Difficile de joindre les autorités judiciaires locales à l’heure où nous mettons sous presse. En tout cas, d’après une source informée, ces magistrats ont été récemment nommés à leurs postes. Et au niveau du corps de la magistrature, ces juges sont connus pour leur intégrité et leur comportement irréprochable. En tout cas, l’indépendance de la justice se retrouve donc de nouveau bafouée par ce refus d’une décision de justice avec cette affaire d’Ikongo. En outre, des sources avancent que des parlementaires auraient incité les assaillants à passer à l’acte. Si cette information s’avérait vérifiée, il s’agirait d’une autre ingérence dans les affaires du pouvoir judiciaire après l’affaire dite de la Rn2. Les immixtions du pouvoir législatif et du pouvoir Exécutif dans les affaires du pouvoir Judiciaire ont été flagrantes. Sauf « pressions » du président du Sénat et du ministère de la Justice, personne ne sait en effet, comment expliquer que des individus qui ont déjà obtenu une liberté provisoire soient de nouveau remis en détention… En parallèle pourtant, l’affaire Rehavana reste sans suite. Le magistrat avait perdu la vie le 9 décembre 2011 des suites des maltraitances physiques qui lui ont été infligées par plusieurs éléments de la police nationale.   Cette affaire d’Ikongo pose de nouveau la questionde l’Etat de droit à Madagascar. Faut-il rappeler que l’indépendance de la justice est un des points réclamés par les partenaires techniques et financiers pour investir dans la Grande île.

Recueillis par  A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle

Editorial

  • Irrécupérables !
     Pour la énième fois, en début de semaine, les étudiants de l’Université d’Ankatso étaient sortis de leurs gonds. Effectivement, ils s’émancipèrent de leur domaine, l’université, pédagogiquement parlant, pour exprimer publiquement et ouvertement leur vive colère. Il y a eu des échauffourées avec les Forces de l’ordre. En cause, le faux bond du Ministère de tutelle. Rappel des faits, le week-end dernier, à l’issue d’une houleuse réunion entre les représentants, d’une part, du Ministère de l’Enseignement Supérieur (Mesupres) et ceux des étudiants, de l’autre, relative au paiement des bourses, il a été convenu que les responsables du Mesupres afficheront, sans faute, le lundi prochain le calendrier des paiements des bourses. Rendez-vous que les gens du Ministère ont, tout simplement, raté. Et les techniciens du Mesupres se rabattent au cataclysme naturel (Ava) pour se dédouaner.

A bout portant

AutoDiff