Publié dans Politique

Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison

Publié le mercredi, 13 décembre 2017

Et de trois. Nouvelle étape dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. Après 7 mois de séjour à la prison de Majakandriana, la propriétaire d’A&C a été de nouveau été déférée devant le Parquet de la Chaîne pénale anti – corruption (Cpac) sise aux 67ha. Il s’agit du 3ème dossier qui implique la milliardaire avec 6 autres suspects et se rapporte à une affaire d’attribution de marché au niveau du ministère de l’Enseignement technique.  A l’issue du déferrement, Claudine Razaimamonjy a bénéficié d’une liberté provisoire tandis que la personne responsable des marchés publics (Prmp) du ministère en question a été placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Malgré la liberté provisoire pour cette affaire, l’ancienne conseillère spéciale d’Iavoloha a regagné le chemin vers l’établissement pénitentiaire de Manjakandriana où elle a séjourné depuis le mois de juin dernier. 

 

L'affaire concernerait  des faits de favoritisme, de détournement, de faux et usage de faux commis par plusieurs responsables au sein dudit Ministère et les entreprises bénéficiaires dans le cadre de la passation d'un marché de construction de lycée technique dans la Commune Rurale d'Ambalavao.  Les faits  se seraient déroulés vers la fin de l'année 2016 et feraient état d'un marché public d'une valeur avoisinant 200 millions d’Ariary 

Avis de recherche 

Une autre suspecte, la dénommée Fanjanirina qui serait une proche de Claudine Razaimamonjy, est actuellement recherchée. Convoquée parmi les suspects qui ont comparu hier, la concernée a disparu de la nature. Aux dernières nouvelles, un avis de recherche sera incessamment lancé contre elle.   Notons que le premier dossier impliquant Dame Claudine transmis par la Branche Territoriale du Bianco Antananarivo à la Cpac concerne des faits de corruption et de détournement de deniers publics perpétrés par des responsables auprès du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation concernant l’ octroi de subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 ariary pour l’année 2014 et de 200 000 000 Ariary pour l’année 2015 à la Commune Rurale d’Ialananindro, district de Fianarantsoa II, Région Haute Matsiatra. Quant au second dossier, il s’agit de faits de corruption, toujours dans la gestion des subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 Ariary allouées à la Commune Rurale de Mahasoabe, Fianarantsoa. Cette somme devait alors servir à la réhabilitation du Bureau de la Commune. La doléance aurait rapporté que les travaux effectués sur ledit bâtiment en 2014 semblent minimes voire inexistants malgré l’importance de la somme allouée.  Au total, 6 dossiers similaires impliquant la Dame sont entre les mains du Bianco. L’équipe d’Ambohibao n’en est donc qu’à mi – parcours puisque 3 autres dossiers sont en cours de traitement.

Recueillis par  S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Programme d’Andry Rajoelina - Accent sur les énergies renouvelables
  • Conférence souveraine - Les candidats « anti-7 novembre » se couvrent de ridicule
  • Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains candidats
  • Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka
  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !

La Une

Editorial

  • Farce exutoire !
    Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

A bout portant

AutoDiff