Publié dans Politique

Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale

Publié le vendredi, 15 décembre 2017

Suspectés dans une affaire d'embarquement illicite et en contrebande de bois de rose, un administrateur civil et un haut responsable militaire du District de Soanierana Ivongo et de la Région d'Analanjirofo, ainsi que cinq autres personnes, ont été déférés auprès de la Chaîne pénale anti-corruption, hier.

Au début de l'année 2014, un navire se serait échoué sur le littoral de la Commune rurale de Manakantafana, District de Soanierana Ivongo, en raison du poids excessif de la cargaison de bois de rose embarquée dans le navire.
Afin d'effectuer au plus vite le déchargement des cargaisons illicites et les dissimuler sous terre le long de la plage, l'armateur a reçu l'aide des éléments des Forces de l'ordre locale. Cette pratique serait très répandue dans le milieu des trafiquants de bois de rose.
Pour tenter de faire taire les rumeurs qui ont commencé à poindre à la suite de cet échouement, après que l'opération de dissimulation a été achevée, les autorités locales sus-mentionnées auraient invité les journalistes afin de constater que le navire était vide et qu'il ne contenait aucun rondin de bois de rose.
Une version contredite par des badauds de bonne foi, dont les identités restent inconnues, aurait insisté sur l'existence de ces bois précieux dans le navire et enterrés sur la plage. L'enrichissement rapide du commandant du Groupement de la gendarmerie nationale de l'époque a également attisé l'attention.
Les enquêtes menées au niveau de la branche territoriale de Toamasina du Bureau indépendant anti-corruption ont permis de retenir des inculpations de faits d'abus de fonctions, de faux et de trafic illicite de bois de rose dans cette affaire. Les enquêtes ont été clôturées, malgré certaines difficultés inhérentes au traitement de ce genre de dossier.
Le dossier a ainsi été transmis à la Chaîne pénale anti-corruption, hier. Soupçonnés d'avoir participé au trafic, le colonel commandant le Groupement de l'époque, l'ancien chef de District de Soanierana Ivongo et cinq autres personnes ont été entendus par les juges anti-corruption des 67Ha.
Notons par ailleurs que la cargaison de bois de rose n'a finalement pas pu être exportée grâce à la rapidité des autorités anti-corruption.
Recueillis par L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff