Publié dans Politique

Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale

Publié le vendredi, 15 décembre 2017

Suspectés dans une affaire d'embarquement illicite et en contrebande de bois de rose, un administrateur civil et un haut responsable militaire du District de Soanierana Ivongo et de la Région d'Analanjirofo, ainsi que cinq autres personnes, ont été déférés auprès de la Chaîne pénale anti-corruption, hier.

Au début de l'année 2014, un navire se serait échoué sur le littoral de la Commune rurale de Manakantafana, District de Soanierana Ivongo, en raison du poids excessif de la cargaison de bois de rose embarquée dans le navire.
Afin d'effectuer au plus vite le déchargement des cargaisons illicites et les dissimuler sous terre le long de la plage, l'armateur a reçu l'aide des éléments des Forces de l'ordre locale. Cette pratique serait très répandue dans le milieu des trafiquants de bois de rose.
Pour tenter de faire taire les rumeurs qui ont commencé à poindre à la suite de cet échouement, après que l'opération de dissimulation a été achevée, les autorités locales sus-mentionnées auraient invité les journalistes afin de constater que le navire était vide et qu'il ne contenait aucun rondin de bois de rose.
Une version contredite par des badauds de bonne foi, dont les identités restent inconnues, aurait insisté sur l'existence de ces bois précieux dans le navire et enterrés sur la plage. L'enrichissement rapide du commandant du Groupement de la gendarmerie nationale de l'époque a également attisé l'attention.
Les enquêtes menées au niveau de la branche territoriale de Toamasina du Bureau indépendant anti-corruption ont permis de retenir des inculpations de faits d'abus de fonctions, de faux et de trafic illicite de bois de rose dans cette affaire. Les enquêtes ont été clôturées, malgré certaines difficultés inhérentes au traitement de ce genre de dossier.
Le dossier a ainsi été transmis à la Chaîne pénale anti-corruption, hier. Soupçonnés d'avoir participé au trafic, le colonel commandant le Groupement de l'époque, l'ancien chef de District de Soanierana Ivongo et cinq autres personnes ont été entendus par les juges anti-corruption des 67Ha.
Notons par ailleurs que la cargaison de bois de rose n'a finalement pas pu être exportée grâce à la rapidité des autorités anti-corruption.
Recueillis par L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Arriérés du sommet de la francophonie 2016 - Des prestataires ruinés par la présidence
  • Affaire Ametis - Le syndicat des agents des impôts monte au créneau
  • Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !
  • Droits humains à Madagascar - Le harcèlement des activistes préoccupe Amnesty international
  • Face à l’Iem de Rajoelina - Les pompiers de service du Hvm à la rescousse
  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs

La Une

Editorial

  • Alternative crédible
    Andry Nirina Rajoelina, l'ancien président de la Transition, après quatre années d'absence et de silence, revient sur le devant de la scène. « Zandry kely » débarque au « tanindrazana » avec un « voan-dàlana » dans la valise : l'Iem. Après avoir été présentée, pour la première fois, le vendredi 26 janvier 2018 à Paris au Petit Palais, Musée des beaux-arts, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (Iem) fut à l'honneur à Antananarivo (Ivandry) par le soin de son « père fondateur », en la personne de monsieur Andry Nirina Rajoelina.

A bout portant

AutoDiff