Publié dans Politique

Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre

Publié le dimanche, 17 décembre 2017

Dans la dernière ligne droite de son mandat, Hery Rajaonarimampianina tenterait de donner un second souffle, le dernier, à son équipe. Figure parmi les stratégies à adopter, le toilettage du Gouvernement de Mahafaly Olivier Solonandrasana. Celui-ci qui occupe également le poste de ministre de l’Intérieur est même annoncé, par Dame rumeur, comme dans la liste des partants. Dans ce cas, il s’agit plutôt d’un changement de Gouvernement que d’un toilettage. Reste à savoir ainsi qui deviendra le dernier locataire du Palais de Mahazoarivo de la première partie de la 4e République. Mais dans l’état actuel, les discussions dans les salons tournent autour d’une nomination à la tête du ministère de l’Intérieur. Le but serait d’alléger les tâches de Mahafaly Olivier Solonandrasana et de lui laisser se concentrer totalement sur ses principales occupations.

Des noms circulent pour remplacer l’actuel ministre à ce poste. Mais contrairement au sacro-saint principe de « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut », le pressenti est loin de remplir les critères pour diriger ce département qui gère également la décentralisation. Le nom qui  revient avec insistance pour devenir le patron de la patte d’éléphant est celui de Mamy Ratovomalala. Ancien ministre des Mines et des Hydrocarbures durant la transition, il a été ensuite, à la même époque, nommé directeur général de la  Présidence avant d’être limogé. Mamy Ratovomalala ne figure pas parmi les premiers éléments  à soutenir le candidat Hery Rajaonarimampianina, soutenu à bout de bras par le Mapar, aux dernières élections présidentielles. Durant cette bataille électorale, le poste de directeur de campagne de Camille Vital lui était revenu. C’est seulement après la victoire de Hery Rajaonarimampianina que Mamy Ratovomalala a refait surface en occupant divers postes. Ce n’est pas la première fois sous le régime de Rajaonarimampianina que le nom de Mamy Ratovomalala est cité pour occuper un poste ministériel ou d’une haute fonction. Il fut un temps où des sources concordantes l’avaient même propulsé à la Primature pour remplacer l’actuel Premier ministre qui ne serait plus en odeur de sainteté avec l’équipe du conseiller très influent du Président de la République.

Société

1 Commentaire

  • Posté par Lantosoa
    lundi, 18 décembre 2017

    le peuple malgache trouve que ce n'est pas primordial de remplacer qui que ce soit!tous ce qu'on veut c'est que le prix du riz baisse, trouve des solutions pour l'insécurité!

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Programme d’Andry Rajoelina - Accent sur les énergies renouvelables
  • Conférence souveraine - Les candidats « anti-7 novembre » se couvrent de ridicule
  • Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains candidats
  • Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka
  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !

La Une

Editorial

  • Farce exutoire !
    Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

A bout portant

AutoDiff