Publié dans Politique

Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre

Publié le dimanche, 17 décembre 2017

Dans la dernière ligne droite de son mandat, Hery Rajaonarimampianina tenterait de donner un second souffle, le dernier, à son équipe. Figure parmi les stratégies à adopter, le toilettage du Gouvernement de Mahafaly Olivier Solonandrasana. Celui-ci qui occupe également le poste de ministre de l’Intérieur est même annoncé, par Dame rumeur, comme dans la liste des partants. Dans ce cas, il s’agit plutôt d’un changement de Gouvernement que d’un toilettage. Reste à savoir ainsi qui deviendra le dernier locataire du Palais de Mahazoarivo de la première partie de la 4e République. Mais dans l’état actuel, les discussions dans les salons tournent autour d’une nomination à la tête du ministère de l’Intérieur. Le but serait d’alléger les tâches de Mahafaly Olivier Solonandrasana et de lui laisser se concentrer totalement sur ses principales occupations.

Des noms circulent pour remplacer l’actuel ministre à ce poste. Mais contrairement au sacro-saint principe de « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut », le pressenti est loin de remplir les critères pour diriger ce département qui gère également la décentralisation. Le nom qui  revient avec insistance pour devenir le patron de la patte d’éléphant est celui de Mamy Ratovomalala. Ancien ministre des Mines et des Hydrocarbures durant la transition, il a été ensuite, à la même époque, nommé directeur général de la  Présidence avant d’être limogé. Mamy Ratovomalala ne figure pas parmi les premiers éléments  à soutenir le candidat Hery Rajaonarimampianina, soutenu à bout de bras par le Mapar, aux dernières élections présidentielles. Durant cette bataille électorale, le poste de directeur de campagne de Camille Vital lui était revenu. C’est seulement après la victoire de Hery Rajaonarimampianina que Mamy Ratovomalala a refait surface en occupant divers postes. Ce n’est pas la première fois sous le régime de Rajaonarimampianina que le nom de Mamy Ratovomalala est cité pour occuper un poste ministériel ou d’une haute fonction. Il fut un temps où des sources concordantes l’avaient même propulsé à la Primature pour remplacer l’actuel Premier ministre qui ne serait plus en odeur de sainteté avec l’équipe du conseiller très influent du Président de la République.

Société

1 Commentaire

  • Posté par Lantosoa
    lundi, 18 décembre 2017

    le peuple malgache trouve que ce n'est pas primordial de remplacer qui que ce soit!tous ce qu'on veut c'est que le prix du riz baisse, trouve des solutions pour l'insécurité!

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff