Publié dans Politique

Houcine Arfa - L'évadé de Tsiafahy, à l'abri à Paris !

Publié le mercredi, 03 janvier 2018

« Avec la complicité des membres du personnel ». C'est en ces termes que le Français Houcine Arfa rèvèle une partie infime de son évasion à Madagascar la semaine dernière. Evadé de Tsiafahy ou de la prison d'Antanimora, qu'importe l'endroit, ce présumé « conseiller chargé de la  sécurité » du Président Hery Rajaonarimampianina se la coule douce maintenant en France. L'information recueillie par la presse française est confirmée d'ailleurs par les avocats de l'intéressé. 

Après avoir « faussé » compagnie à ses gardes, Houcine Arfa aurait rejoint l'île Mayotte, via Mahajanga, Nosy-Be ou Morondava, en pirogue avant de d'atterrir dans son pays natal. Une évasion rocambolesque comme l'ont qualifié les journalistes de l'Hexagone mais monnaie courante pourtant d'après les observateurs locaux. Ce monsieur, qui a été incarcéré au mois de juin dernier pour une peine de trois ans, n'est pas le premier étranger à avoir passé la restriction de déplacement obligée par les autorités malagasy. Des locaux sont eux aussi parvenus à passer les mailles du filet de l'Etat souverain de Madagascar. C'est une fois à l'abri que Houcine Arfa délit sa langue en rejetant en bloc les accusations portées contre lui dont entre autres « détention illégale d'armes à feu, tentative de kidnapping, usurpation de fonction et extorsion de fonds ». Excusez du peu. Pour lui, c'est une « mascarade destinée à le faire taire ». Cet évadé a-t-il des mots et des maux à dire qui pourraient gêner le régime ou des proches du sommet de l'Etat ? Cette question taraude l'esprit des uns et des autres. En attendant l'explication officielle, les internautes émettent des doutes et parlent plutôt d'une exfiltration. « Comment se fait-il que l'évadé ait pu rejoindre sans encombre la côte malagasy et quitter l'île sans problème », s'interroge un internaute. Un autre quant à lui s'indigne de l'inertie des autorités. « Entre sa disparition à l'hôpital d'Ampefiloha et son embarquement quelque part dans une pirogue, il y avait certainement un laps de temps suffisant pour alerter les Forces de l'ordre », fait-il remarquer. Un troisième commentateur renchérit que dans une telle situation, il est plus que probable que l'évadé ne s'aventurera pas à prendre l'avion à Ivato ou dans d'autres aéroports. L'unique sortie sûre pour décamper à l'extérieur demeure la voie maritime et non aérienne. Des arguments valables pour les internautes et de tirer l'exfiltration comme conclusion.
Houcine Arfa devient ainsi l'énième étranger à se soustraire des geôles de la Grande île grâce à la complicité d'un vaste réseau. Tout le monde se souvient certainement de la tuerie de Fenoarivo. Alors que les témoins parlent de Mamod Taky, emprisonné actuellement en France, un certain Babar Ali s'est désigné comme l'auteur du crime. Déclaré mort ensuite par un médecin d'un hôpital de la Capitale, celui-ci est pourtant retrouvé par la Police française en France quelques années plus tard…
R. Michel

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff