Publié dans Politique

Axe Toamasina- Fénérive Est - Route nationale ou piste provinciale ?

Publié le vendredi, 05 janvier 2018

« On se sent vraiment isolés ». Ces propos sont des hébergeurs ou restaurateurs dans la zone de Mahambo de la Région d'Analanjorofo. Ils ne sont pas les seuls à se plaindre de la situation actuelle de cette partie Est de l'île dont l'accès est rendu difficile à cause de l'état des routes. « Si auparavant, le taux d'occupation de nos hôtels en période de fête avoisine les 70 à 90 %, actuellement on a du mal pour atteindre les 20 %. Et même moins pour certains », affirme un hôtelier basé à la station balnéaire de Mahambo.

En longeant cette route nationale 5, les automobilistes peuvent admirer différents types de nids, notamment ceux de poules ou d'autruches. Et en saison des pluies, comme c'est le cas maintenant, la route devient une rivière et où les nids sont devenus des pièges mortels pour les usagers.  La réhabilitation d'une partie de la route est en cours mais des doutes subsistent quand même.
Une voie autorisée dans la Région évoque même des combines, non pas dans l'attribution du marché mais au respect des cahiers des charges. « Il est inconcevable qu'une partie réhabilitée ne dure même pas un mois », rouspète notre interlocuteur. A l'instar des autres contribuables, il craint à l'existence des marchés fictifs au détriment de la population. Cette dernière qui paie également au prix fort, la détérioration des portions de route.
« Aujourd'hui, les taxi-brousse ont doublé leur tarif pour rejoindre Foulpointe ou Toamasina. Vu l'état des routes, c'est toutefois compréhensible », philosophe une commerçante à Mahambo qui, du coup, augmente également les prix des marchandises. Toute une série de hausses qui affectent la vie quotidienne des habitants, complètement délaissés. Ces derniers s'attendent au pire en cette période cyclonique. Ava aura déjà fait certainement des ravages depuis hier….
F.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff