Publié dans Politique

Période cyclonique - Le régime Hvm débordé de problèmes

Publié le dimanche, 07 janvier 2018

A peine l'année commencée, le régime Rajaonarimampianina croule déjà sous les problèmes. Le dernier bilan du passage d'Ava, premier cyclone de l'année, est de plus de 12 000 sinistrés ainsi que de nombreuses infrastructures routières, scolaires et sanitaires endommagées. Un bilan qui pourrait encore s'alourdir dans les prochains jours. Puisque la saison de pluie rime souvent avec période cyclonique pour Madagascar, le passage du cyclone Ava ne sera donc qu'un avant - goût de ce qui attend les dirigeants.

D'autant plus que dans ses prévisions pour la saison cyclonique 2017 - 2018, la direction générale de la météorologie  annonce une période cyclonique très active. Une période qui signifie surtout la continuité du cauchemar pour les citoyens qui n'arrivent pas à sortir la tête de l'eau face aux nombreuses difficultés du moment. A l'inflation générant la hausse des prix du riz et des produits de première nécessité, le délestage, l'insécurité, la baisse du pouvoir d'achat, s'ajouteront les caprices de Dame Nature qui ne cesseront de surenchérir en cette saison cyclonique.
Attente d'une manne financière
Du côté des dirigeants, cette période cyclonique constitue pourtant une aubaine pour espérer une nouvelle manne financière de la part des bailleurs de fonds. Les faits d'actualité de ces derniers jours laissent, d'ailleurs, fortement penser que les caisses de l'Etat se vident. Le dernier discours de Hery Rajaonarimampianina à l'occasion de la cérémonie de présentation de vœux des corps constitués au Palais d'Iavoloha, vendredi dernier, n'a fait que confirmer les rumeurs. Le Chef de l'Etat a, en effet, fait abstraction de toute hausse de salaire des fonctionnaires dans son allocution. Une omission volontaire qui serait due à une politique d'austérité appliquée en haut lieu. Austérité qui ne s'applique pourtant pas au cercle des dirigeants puisqu'elle n'a pas empêché le régime Hvm de faire des dépenses folles en invitant plus d'un millier de convives au Palais d'Iavoloha. A l'heure où les préparatifs électoraux en vue de la présidentielle battent leur plein, le régime semble davantage disposé à assurer ses bases politiques qu'à garantir le bien - être du peuple.
Pour bon nombre d'observateurs, Ava et les autres éventuels cyclones seront un argument de plus pour le régime de formuler une nouvelle demande de financement auprès de la communauté internationale.
S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis
  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

La Une

Editorial

  • « Far West » 
    « Far West », littéralement « Ouest lointain », une riche et étonnante épopée relatant les fantastiques aventures des pionniers américains. En partant de l’Est en direction de l’Ouest, ils parvenaient à atteindre, au risque de leur vie, les côtes occidentales, celles de la Californie d’aujourd’hui. Une étape importante de l’Histoire des Etats-Unis se cadrant chronologiquement dans le XIXème siècle américain. Une période idyllique où les réalisateurs américains de cinémas n’ont pas raté de se faire des fortunes avec les célèbres films « Western » (Vers l’ouest). Les « shérifs », les représentants de la loi dans leurs localités avaient dû affronter, quotidiennement, les méfaits des « desperados » en provenance du pays voisin (Mexique) qui semaient la terreur. Ces « sans foi ni loi » pénétrèrent à l’intérieur des Etats du Texas, du Nouveau-Mexique ou de la Californie et agissaient en véritables maîtres.

A bout portant

AutoDiff