Publié dans Politique

Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Publié le lundi, 08 janvier 2018

L’actualité  du moment est marquée par les conséquences du cyclone Ava qui a dévasté la partie Est de la Grande île. La gestion en amont du passage du cyclone par les tenants du pouvoir est fortement critiquée. La dégradation des infrastructures routières suffit à démontrer l’inertie et l’impréparation des tenants du régime face aux catastrophes naturelles qui touchent l’île.  Les infrastructures routières et les digues ont subi de plein fouet les ravages de la catastrophe naturelle Ava. 

Plusieurs routes nationales dont la Rn2, la Rn7, la Rn3, la Rn3, la Rn25, la Rn44 et la Rn6, la liste des axes ayant subi des dégâts suite au passage du cyclone Ava est longue. Certaines de ces routes présentaient déjà des signes avant-coureurs d’un mauvais état et pourtant aucune action n’a manifestement été menée par les responsables.  De même, certaines digues qui ont rompu suite à la montée des eaux, l’étaient déjà  l’an dernier et les années précédentes, mais le scénario semble se reproduire cette année encore.
La situation au niveau du pont de Vohiposa, submergé par les eaux, tend par ailleurs à prouver le constat d’incompétence des dirigeants actuels. Au mois de septembre de l’année dernière, le pont de Vohiposa sur la route nationale 7 entre le Camp Robin et Ambohimahasoa s’était effondré sous le poids d’un camion de transport de marchandises. Des travaux d’installation d’un pont Bailey avaient été menés par le gouvernement.  Moins de cinq mois plus tard suite au passage du cyclone Ava, le nouveau pont provisoire risque d’être emporté par les eaux.  Lors des études menées avant l’implantation du pont, personne n’a donc anticipé un tel scénario ? Des travaux ne pouvaient pas être menés pour rehausser le pont ?
Faut-il souligner qu’il ne s’agit là que du premier cyclone de la saison. Toutefois, le gouvernement semble déjà être dépassé par les évènements. L’Exécutif savait pourtant depuis au moins deux mois, c'est-à-dire depuis le début de la saison cyclonique au mois de novembre de l’an dernier, qu’il y aurait deux à quatre cyclones dont deux cyclones intenses qui transperceraient Madagascar. Le régime Rajaonarimampianina semble pourtant toujours être pris de court. C’est le symbole de l’impréparation du gouvernement. Il est toujours à la remorque des évènements. Il ne semble avoir aucune capacité d’anticipation. Pourtant gouverner c’est prévoir dit-on.  Ces cyclones surviennent chaque année. Le pouvoir n’a pourtant pas su prévoir ou atténuer les conséquences de Ava? Il s’est pourtant passé plusieurs mois depuis le passage du cyclone Enawo qui avait fait 400 000 sinistrés l’an dernier et qui devait servir de leçon aux dirigeants actuel. Mais apparemment ce gouvernement est incapable de réflexion. Toujours dans la réaction. Rappelons à titre d’information que le cyclone Ava, bien que puissant, est beaucoup moins puissant que son prédécesseur Enawo.
 Pour beaucoup, l’Exécutif aurait pu mieux anticiper. Il aurait pu faire davantage mieux et autrement. C’était prévisible et par exemple que le cyclone Ava, prévisible depuis le milieu de la semaine dernière, ferait de nombreux sinistrés. Pourtant le gouvernement n’a mis en place une cellule de crise qu’après le passage de la tempête. Une décision qui traduit un amateurisme du gouvernement…
L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !

La Une

Editorial

  • Une aubaine inespérée !
    Le rendez-vous planétaire du sport roi, le mondial du football s'est ouvert le jeudi 14 juin à Moscou, en Russie. En effet, la Fédération de Russie reçoit en cette année 2018 la 21e compétition de la Coupe du monde de football. Un évènement phare qui retient l'attention de tous les amoureux du ballon rond à travers le monde entier. Même les pays, longtemps considérés comme n'accordant pas un intérêt majeur à ce charismatique jeu, affichent de plus en plus d'attention.

A bout portant

AutoDiff