Publié dans Politique

Journée d'assainissement - Initiative louable mais…

Publié le mercredi, 10 janvier 2018

Jour J pour la journée d'assainissement annoncée par le Président de la République hier. Une journée qui a beaucoup plus suscité l'enthousiasme des dirigeants et les agents du secteur public que les simples citoyens. A preuve, aucune mobilisation majeure n'a été observée au niveau des fokontany contrairement aux ministères et autres institutions qui ont observé une journée plus active que d'habitude.

Pourtant, les communautés de base devraient être les premières cibles dans ce genre de disposition. Pour beaucoup, cette journée d'assainissement sonnait donc surtout comme une gesticulation de façade qu'une réelle et profonde mobilisation citoyenne.
« Faire de l'assainissement sur le territoire national une priorité, tel est l'objectif de cette journée », était le mot d'ordre mis en avant par l'Etat au moment du lancement de cette journée. Un objectif qui n'a rien de négatif en soi et qui est même louable à plus d'un titre mais qui manque cruellement d'organisation et de bonne foi, et ce, à l'image de tous les évènements organisés par le régime. En premier lieu, si l'assainissement était effectivement une priorité, le budget alloué à l'acheminement des ordures, le nettoyage des canaux d'évacuation devrait être conséquent.
L'engagement citoyen à créer
Une telle initiative devrait aussi être accompagnée d'une éducation citoyenne à la propreté. Une éducation qui fera comprendre à tous les Malagasy que la propreté est nettement mieux que l'habituelle insalubrité à laquelle nous sommes habitués. Une éducation intensive qui viserait à effacer toute trace de la mentalité actuelle qui tend vers la gabegie.  En effet, si les citoyens étaient réellement éduqués à l'hygiène et la propreté, la montée des eaux et les inondations ne seront pas autant redoutées en cette période cyclonique.
Par ailleurs, l'assainissement doit également être accompagné de mesures drastiques comme les sanctions contre ceux qui s'acharnent à jeter les ordures dans les lieux publics ou dans la rue tout simplement au lieu de jeter dans les bacs à ordures. Si l'objectif de lutter contre la pollution était réellement présent, l'Etat devrait davantage encourager les initiatives en faveur de la propreté comme le recyclage des déchets ou l'utilisation des produits biodégradables.  L'année dernière, le ministère du Commerce a annoncé l'interdiction de l'usage des sachets en plastique dans les marchés. Une interdiction
qui a fait l'effet d'un feu de paille puisqu'après un court moment de prohibition, les sachets plastiques sont reviennent en force et ce, depuis très longtemps.
Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff