Publié dans Politique

Journée d'assainissement - Initiative louable mais…

Publié le mercredi, 10 janvier 2018

Jour J pour la journée d'assainissement annoncée par le Président de la République hier. Une journée qui a beaucoup plus suscité l'enthousiasme des dirigeants et les agents du secteur public que les simples citoyens. A preuve, aucune mobilisation majeure n'a été observée au niveau des fokontany contrairement aux ministères et autres institutions qui ont observé une journée plus active que d'habitude.

Pourtant, les communautés de base devraient être les premières cibles dans ce genre de disposition. Pour beaucoup, cette journée d'assainissement sonnait donc surtout comme une gesticulation de façade qu'une réelle et profonde mobilisation citoyenne.
« Faire de l'assainissement sur le territoire national une priorité, tel est l'objectif de cette journée », était le mot d'ordre mis en avant par l'Etat au moment du lancement de cette journée. Un objectif qui n'a rien de négatif en soi et qui est même louable à plus d'un titre mais qui manque cruellement d'organisation et de bonne foi, et ce, à l'image de tous les évènements organisés par le régime. En premier lieu, si l'assainissement était effectivement une priorité, le budget alloué à l'acheminement des ordures, le nettoyage des canaux d'évacuation devrait être conséquent.
L'engagement citoyen à créer
Une telle initiative devrait aussi être accompagnée d'une éducation citoyenne à la propreté. Une éducation qui fera comprendre à tous les Malagasy que la propreté est nettement mieux que l'habituelle insalubrité à laquelle nous sommes habitués. Une éducation intensive qui viserait à effacer toute trace de la mentalité actuelle qui tend vers la gabegie.  En effet, si les citoyens étaient réellement éduqués à l'hygiène et la propreté, la montée des eaux et les inondations ne seront pas autant redoutées en cette période cyclonique.
Par ailleurs, l'assainissement doit également être accompagné de mesures drastiques comme les sanctions contre ceux qui s'acharnent à jeter les ordures dans les lieux publics ou dans la rue tout simplement au lieu de jeter dans les bacs à ordures. Si l'objectif de lutter contre la pollution était réellement présent, l'Etat devrait davantage encourager les initiatives en faveur de la propreté comme le recyclage des déchets ou l'utilisation des produits biodégradables.  L'année dernière, le ministère du Commerce a annoncé l'interdiction de l'usage des sachets en plastique dans les marchés. Une interdiction
qui a fait l'effet d'un feu de paille puisqu'après un court moment de prohibition, les sachets plastiques sont reviennent en force et ce, depuis très longtemps.
Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff