Publié dans Politique

Marchés publics 2016 - Magouilles de haut vol ou erreurs grossières ?

Publié le vendredi, 09 février 2018

Un document listant les marchés publics au titre de l'exercice 2016, publié par l'Autorité de régulation des marchés publics et répandu sur les réseaux sociaux, a créé la polémique ces dernières 48 heures. Et pour cause, certains montants exprimés dans ledit document de 955 pages se chiffrent à des milliards d'ariary pour des dépenses quelque fois injustifiées. Pour ne citer par exemple que l'achat de pneus d'un véhicule par le ministère de la Sécurité publique pour une somme dépassant les 2 milliards d'ariary ou encore le coût d'entretien de ce même véhicule pour un coût supérieur à 7 milliards d'ariary. La thèse d' « erreurs » est actuellement véhiculée par des responsables pour expliquer ces montants faramineux.

Une thèse réfutée par certains observateurs qui doutent qu'à ce niveau de la discussion, des erreurs aussi grossières soient effectuées. En outre, il ne s'agit pas d'un seul ministère mais de plusieurs ministères où ces sommes inimaginables sont mises en jeu. En tout cas, certains analystes n'ont pas manqué de souligner une autre facette dans cette affaire, en l'occurrence le fait que l'écrasante majorité des soumissionnaires sont des personnes physiques. Madagascar compte donc parmi ses rangs des personnes ayant à leur disposition une surface financière immense capable de leur offrir ces marchés ? Force est également de constater que les sociétés spécialisées, par exemple les grandes sociétés d'import-export, sont littéralement absentes du débat…En tout cas, des investigations sont actuellement menées par nos soins par rapport à certains cas les plus « douteux ». Nous en reparlerons.
A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff