Publié dans Politique

Gouvernement - Un « team building » sous le signe de l’hypocrisie

Publié le mardi, 13 février 2018

C’est le rendez-vous phare de cette semaine pour l’Exécutif. Le Gouvernement se réunira à partir de ce jour pour un séminaire de 48 heures à Mantasoa, à quelques kilomètres à l’est de la Capitale. Deux journées bloquées qui seront payées de la poche du contribuable…

Cette mise au vert hors d’Antananarivo est destinée à faire un bilan et à préparer déjà l’année électorale, a indiqué hier le Premier ministre (Pm) Mahafaly Solonandrasana Olivier au cours d’une interview à Mahazoarivo. La question de l’insécurité, la hausse du carburant ou encore le prix du riz, seront également au programme des ministres et des secrétaires d’état attendus pour ce « team building » gouvernemental. Selon de nombreux observateurs, en tout cas, ce séminaire sera marqué du sceau de l’hypocrisie. Pour l’opinion publique, ce Gouvernement dit de combat fait en effet face à un combat entre ses membres. Une guerre des clans mine l’Exécutif de l’intérieur, entre les pro et les anti-Mahafaly Solonandrasana Olivier. La preuve, lors de son retour de La Réunion, le Pm n’avait été accueilli que par une poignée de ministres. Ce retour aurait pourtant dû servir aux ministres à réaffirmer aux yeux du monde la solidarité gouvernementale et leur soutien sans failles à leur supérieur hiérarchique.
Implosion
L’ambiance qui règne actuellement chez les membres du régime Hvm, du moins d’après la perception du citoyen lambda, est celle d’un panier de crabes. Le risque d’une implosion qui pourrait éclater à tout moment pèse sur le régime actuel. La cohésion au sein du pouvoir ne semblait être donc qu’un feu de paille.  La polémique autour du décret présidentiel annonçant la nomination d’un intérimaire à la place du Pm Mahafaly Solonandrasana Olivier tend à corroborer la thèse que rien ne va plus au sein du cercle des dirigeants. Force est encore de se demander ici pour quelle raison d’ailleurs ce décret a été rendu public alors que lors des différents séjours à l’étrangers du Pm, aucun décret n’avait été publié.
Ceci étant dit, ce décret avait créé la confusion particulièrement parce qu’il annonçait que le Pm était parti à l’étranger pour
« une mission ». Une version réfutée par le numéro Un de la Primature qui était intervenu dare-dare depuis l’île sœur de La Réunion pour affirmer sur une radio privée de la Capitale qu’il y effectuait un contrôle médical et qu’il serait de retour le lendemain même. 
Faut-il également rappeler les déclarations du locataire de Mahazoarivo qui avait indiqué devant la presse que les kidnappings sont l’œuvre de déstabilisateurs qui peuvent aussi bien être à l’intérieur qu’à l’extérieur du régime ?  Une déclaration interprétée par un certain nombre d’analystes comme un avertissement adressé à certains membres du régime qui pourraient être tentés de vouloir sa tête.
En somme, tout amène à dire actuellement que la famille politique du Chef de l’Etat se révèle aujourd’hui être une maison bâtie sur du sable qui risque de s’écrouler à tout moment. Il ne pouvait en être autrement, selon des observateurs, avec une famille composée d’opportunistes que rien, à l’exception des intérêts égoïstes, ne permet de mettre ensemble. Rien ne dit que ce « team building » réussira à rapprocher les ministres.
Recueillis par A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff