Publié dans Politique

Energie verte - Mialy Rajoelina, leader de l'Afrique

Publié le mardi, 13 février 2018

Alors que son mari s'attèle à la proposition de solutions pour l'Emergence de Madagascar, Mialy Rajoelina ne reste pas dans l'ombre. L'ancienne première Dame, en sa qualité de présidente de l'Association « Fitia », a fait une présence remarquée, à Accra, Capitale du Ghana, où s'est tenue un Forum africain intitulé « Pan African Ethanol Stoves and Fuel Alliance (Paesfa) » (Alliance panafricaine pour le fuel et les foyers à éthanol), les 5 et 6 février derniers. Madagascar, représenté par Mialy Rajoelina, a été élu Président de l'Alliance pour un mandat de 3 ans. Une grande première puisqu'il est rare qu'une femme et par excellence, une Malgache se voit attribuer une telle responsabilité.

Cette consécration résulte du Forum mondial de Global Alliance pour les réchauds et combustibles propres qui s'est tenu en Inde les 27, 28, 29 et 30 octobre 2017, et durant lequel l'Association Fitia a présenté un projet de mise en place d'une plate-forme africaine qui a pour objectif d'unir les forces et les moyens pour le développement de l'éthanol comme énergie verte en substitution des charbons de bois. Un projet qui s'inscrit dans les objectifs de l'association de préserver la santé des femmes, des mères et des enfants, de protéger l'environnement, de promouvoir l'entreprenariat féminin ainsi que de soutenir le leadership des jeunes. Le projet a été salué et soutenu par 12 pays africains dont le Mali, la Côte d'Ivoire, le Sénégal, Madagascar, le Burkina Faso, le Kenya, l'Ethiopie, la Tanzanie, le Mozambique, le Rwanda, Nigeria et le Ghana. 
Une seule vision, une seule voix
 « Osons exprimer que nous avons une seule vision et parlons d'une seule voix pour l'avenir de l'Afrique », a souligné Mialy Rajoelina dans son allocution lors du forum de Ghana. La plateforme Paesfa aura de ce fait pour mission d'asseoir ensemble une économie durable au profit de l'Afrique par les africains au moyen de l'éthanol combustible comme substitut du charbon de bois. Il est sans conteste que des millions de femmes et d'enfants périssent chaque année de l'infection respiratoire due à la pollution intérieure de l’air chez les ménages dans le monde.  
L'objectif de Paesfa, en application de celui de Global Alliance, est de mettre en service des millions de réchauds supplémentaires au profit des ménages africains ; de produire les besoins en éthanol y afférents ; de créer de nouveaux emplois à travers le Continent en favorisant l'entreprenariat féminin, le leadership des jeunes et la protection sociale.
De par son engagement dans cette entreprise qui lui tient particulièrement à cœur, Mialy Rajoelina, Présidente de la Paesfa, vise à faire largement profiter Madagascar des retombées bénéfiques qui découleront de la mise en œuvre de ce programme continental.
Recueillis par S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff