Publié dans Politique

Procès en appel aujourd’hui - Un enregistrement sonore blanchit Houcine Arfa

Publié le jeudi, 08 mars 2018

« Au fond de ce dossier-là, il n’y a rien ». Tels sont, en substance, les propos du juge d’intsruction Haingo Ramiandrisoa, magistrat en charge du dossier Houcine Arfat au moment où celui-ci était encore en instruction, dans un enregistrement sonore qui circule depuis hier dans le milieu médiatique. Un élément nouveau qui tend à disculper l’ancien conseiller à la sécurité de la Présidence de la République, du moins des charges qui sont retenues contre lui dans l’affaire qui passe en appel ce jour.


Le pire (ou le meilleur, c’est selon) est à venir pour certains. Dans sa contre-attaque contre ceux qui s’en sont pris à lui lors de son séjour chaotique en terre malagasy, Houcine Arfa  semble avoir choisi d’envoyer ses munitions au compte- gouttes et d’aller crescendo en réservant les plus meurtrières pour la fin. Après les révélations sur les agissements d’un conseiller spécial du Chef de l’Etat malagasy, lequel, selon l’ex-pensionnaire de Tsiafahy, serait parmi ceux qui auraient œuvré pour sa descente aux enfers (voir notre édition d’hier), un fichier audio d’une durée de deux minutes circule depuis hier dans le milieu médiatique. Un élément sonore dont la teneur fera sans doute l’effet d’une bombe dans ce dossier déjà explosif. Il s’agit en effet de l’enregistrement d’une conversation tenue entre le juge d’instruction, Haingo Ramiandrisoa, en charge du dossier Houcine Arfa, et une tierce personne et durant laquelle le premier se voulait délibérément être rassurant envers la seconde en affirmant sans ambage que « il (Houcine Arfa , Ndlr) ne va jamais croupir en prison car au fond de ce dossier-là, il est vide » (sic). Auparavant, le magistrat de dissuader même son interlocuteur (trice) d’ « aller à gauche et à droite » pour demander de l’aide, au risque pour ce(tte) dernier(ère) de se faire « plumer ». Des faits qui amènent à se poser des interrogations, surtout au vu de la tournure prise par les événements par la suite.

Bouc émissaire

Car il se trouve que, finalement, Houcine Arfa a été condamné à trois ans de prison ferme à l’issue de son procès. Une issue qui, force est de le constater, est aux antipodes de l’appréciation du dossier par le magistrat instructeur. Dans tous les cas, il ne serait pas exagéré de dire que, si ce dernier était à la place du juge ayant statué sur l’affaire, s’agissant d’un « dossier vide », il aurait assurément conclu à un non-lieu. L’on sait que dernièrement, le même juge Haingo Ramiandrisoa a été appréhendé et déferré au Parquet d’Ambatolampy en étant soupçonné d’être impliqué dans l’évasion de l’ancien détenu de Tsiafahy. D’aucuns considèrent qu’il s’agit là d’une manœuvre destinée à faire de ce haut magistrat le bouc émissaire tout trouvé afin de faire diversion dans une affaire qui est en train d’éclabousser les plus hautes sphères du pouvoir.   Quoi qu’il en soit, l’appel interjeté par Houcine Arfa, par l’entremise de ses avocats, étant prévu être à l’instance aujourd’hui, l’on saura si c’était sur la base du même « dossier vide » présenté à l’instruction que l’ex-instructeur de la garde prétorienne de Rajaonarimampianina a été condamné en premier instance. Auquel cas, on ne peut que se poser des questions sur le « déclic » qui aurait bien pu amener à conclure à la culpabilité de l’accusé et au verdict de trois ans d’emprisonnement ferme à son encontre.
La Rédaction

18 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat
  • Découverte macabre à Andraisoro - Plusieurs zones d'ombre à élucider
  • Braderie de terrains sous l'ère Ravalomanana - TIKO principal bénéficiaire
  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé

La Une

Editorial

  • La Ville des mille, méconnaissable
    Antananarivo, la Capitale de Madagascar, végète dans un état lamentable. Ternie et enlaidie par les incuries des dirigeants, régime HVM et élus TIM confondus, elle est méconnaissable. Andrianjaka, le grand roi de 1610 à 1630, le tout premier souverain de l'Imerina, fonda Antananarivo, la Ville des mille, et le fit Capitale du Royaume. D'Ambohimanga, Andrianjaka se déplaça à Ialimanga ou Analamanga pour s'y installer.Antananarivo, la Ville des mille colons ou des mille guerriers audacieux (les Tsimilefa) qui ne périrent pas en une journée, « Arivo lahy, tsy maty indray andro », Capitale royale et plus tard Capitale de Madagascar, gardait toujours sa belle réputation, son rayonnement et son charme.

A bout portant

AutoDiff