Publié dans Politique

Initiative pour l’Emergence de Madagascar - La population d’Ambilobe mise à contribution

Publié le dimanche, 11 mars 2018

Après une célébration enflammée de la journée internationale des femmes le 8 mars, l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina a enchainé sa visite à Ambilobe par la présentation de sa fameuse Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM). Ce fut au cours d’un rassemblement à l’hôtel « Les lémuriens » à Ambilobe le vendredi 9 mars dernier. D’emblée, le président de l’IEM a expliqué les principales motivations et objectifs de cette initiative qui est de « garantir un développement immédiat et rattraper le retard de Madagascar qui tient malheureusement la 5ème place parmi les pays les plus pauvres du monde ». Notables, autorités locales, opérateurs économiques et jeunes intellectuels ont répondu présents au cours de cette descente dans le District d’Ambilobe, Région Diana. L’ex – homme fort du régime transitoire n’a pas manqué de rappeler le projet de son épouse Mialy Rajoelina en vue de la mise en place d’une usine de production d’énergie à base d’éthanol en guise d’alternative à l’utilisation de charbon de bois. Un projet qui devrait créer beaucoup d’emploi dans la localité d’Ambilobe qui regorge de richesses minières comme l’or ainsi que de richesses marines.


 Desiderata et solutions
 Ce fut l’occasion pour le leader de l’IEM d’écouter les doléances, desiderata ainsi que les solutions proposées par les habitants d’Ambilobe pour leur propre développement. Parmi les personnes qui ont participé aux débats figurent un grand nombre d’employés de l’usine sucrière SUCOME (ex – SIRAMA), à l’instar de Tombo Modeste, agent technique qui compte 35 ans de service à la SIRAMA. Il a vivement interpellé sur la présence, ou plutôt l’occupation chinoise à Madagascar. « Tout s’achète à Madagascar y compris le Gouvernement. Telle est la devise des Chinois », déplore – t – il. En guise de solution, il suggère que l’Etat considère particulièrement le droit des travailleurs malagasy car selon lui « les Chinois n’ont pas peur de bafouer les droits des employés ». Il souligne aussi que dans les contrats de travail, les Chinois s’engagent à respecter les droits des employés et risquent une résiliation de contrat mais l’application dans la réalité est toute autre. Pour sa part, Louison Tombo, un éducateur de jeunes a abordé le problème délicat des « Foroches » dans cette partie nord de l’île. « Nos terrains ont besoin d’être réhabilités. L’absence des espaces de loisirs et de sports ainsi que le chômage poussent les jeunes à sortir du droit chemin », révèle – t – il. Des idées qui ont été notées et prises en considération par Andry Rajoelina et son équipe. Le président de l’IEM a préconisé la mise en place d’un cercle de réflexion pour centraliser les idées.
 Recueillis par Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff