Publié dans Politique

Soupçon de corruption à l’Enmg - Des preuves réduites en cendres !

Publié le lundi, 12 mars 2018

Coup de théâtre à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (Enmg). Alors que l’enquête relative aux soupçons de corruption au sein de cet établissement n’est pas encore bouclée par le Bureau indépendant anti – corruption (Bianco), les preuves ont été réduites en cendres. Avant – hier, des sources concordantes ont révélé qu’un éminent responsable du ministère de la Justice, aurait été à la tête d’une délégation qui a fait une descente à l’Enmg sis àTsaralalàna.

Par la suite, un huissier aurait brisé le scellé effectué à la porte de la salle contenant les feuilles de copies qui devaient servir de preuves dans l’enquête. Rappelons que lors d’une déclaration sur cette affaire, le Directeur Général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy faisait part de « preuves accablantes » contre les personnes incriminées dans cette affaire.
Selon une source à Ambohibao, l’équipe du Bianco n’était au courant de ce bris de scellé, qui constitue une infraction flagrante, qu’hier. Un huissier a donc été envoyé pour constater les faits. On s’interroge également s’il existe une ordonnance qui permet ce genre de procédure. Au cours de notre passage sur les lieux, les copies – ou du moins ce qui en restaient – ont  été déjà complètement calcinées et des restes de fumées s’échappaient encore de la salle en question. Selon l’avis d’un juriste, « ce genre de manœuvre s’apparente à une destruction de preuves alors qu’en principe, un scellé ne peut être brisé qu’au terme d’une enquête ». D’autant plus que le scellé a été réalisé par l’huissier du Bianco, il revient au même huissier de rompre le scellé le moment venu. Ce qui amène à s’interroger davantage sur les dessous de cette manœuvre.
Qui veut étouffer l’affaire ?
Rappelons que l’affaire a éclaté il y a environ un mois. Des soupçons de corruption dans les épreuves effectuées dans le cadre du concours d’entrée à l’Enmg ont été révélés au grand jour. Saisi de l’affaire, le Bianco n’a pas tardé à démarrer une enquête. Pour sa part, le ministère de la Justice a fini par sortir de son silence le 22 février dernier en annonçant que les épreuves de présélection sont annulées et seront à refaire. Une mesure prise « dans le souci de préserver la fiabilité des résultats du concours et pour éradiquer toute suspicion entourant  son déroulement », selon les explications du ministère. De nouvelles épreuves devront se tenir dans les semaines à venir. Le Directeur Administratif et financier, pointé du doigt dans cette affaire de corruption, a été déjà limogé en conseil des ministres.
Alors que la Garde des Sceaux avait plaidé pour une nouvelle confiance de la population envers la justice, ce nouveau scandale n’a fait qu’empirer les choses. D’autant plus que des indiscrétions ont laissé entendre que des progénitures de hauts responsables ont participé à ce concours. Ce qui implique que ces « hauts responsables » ont tout intérêt à ce que les preuves soient détruites. A suivre de très près !
Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Jeter de l’argent par la fenêtre - Une nouvelle récidive du régime ce samedi
  • Andry Rajoelina au forum de l'IEM - « Remplacer le fatalisme par l'optimisme »
  • Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rasoamaromaka sort libre de son audition
  • Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Plus de 2000 participants au forum international
  • Condamnation de l'écologiste Raleva - Un « chef d'accusation ridicule », selon Amnesty international
  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar

La Une

Editorial

  • Les incorruptibles
    Brian De Palma, le célèbre réalisateur américain, mit jour en 1987, le légendaire film « The untouchables » et adapté sur l'écran français « Les incorruptibles ». Interprété sur le plateau par des acteurs mythiques tels, entre autres, Kevin Costner, Sean Connery ou Robert De Niro, Andy Garcia, le film rencontra un immense succès à travers le monde. En gros, c'est l'histoire de la traque du…charismatique mafieux « Al Capone » durant les années trente, à Chicago. Pour venir à bout de sa mission, l'agent Eliot Ness (Kevin Costner), dut recourir au service des hommes répondant aux critères  de sa trempe, à savoir, intraitables et surtout  incorruptibles (untouchables).

A bout portant

AutoDiff