Publié dans Politique

Descente d’Andry Rajoelina à Ambilobe - Le Premier ministre enquête et menace !

Publié le mardi, 13 mars 2018

Le succès de la descente de l’ancien président de la Transition Andry Nirina Rajoelina à Ambilobe, jeudi dernier, n’a définitivement pas été du goût des dirigeants du Hvm. Pour rappel, une vague orange avait déferlé sur le stade d’Ankarabe lors de la venue de l’ex  homme fort de la révolution Orange jeudi dernier. Un succès qui a visiblement pris au dépourvu le régime actuel. Dans le cadre d’une tournée dans le nord du pays, après une visite à Nosy-Be, le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly s’est ainsi rendu à Ambanja hier dans la journée où il aurait convoqué les autorités locales. Une réunion qui, d’après des sources concordantes, aurait eu pour ordre du jour principal la manifestation tenue par Andry Rajoelina à Ambilobe.

A cette occasion, le numéro Un du gouvernement aurait ainsi demandé des comptes aux représentants étatiques d’Ambilobe par rapport à la manifestation tenue par l’ex-homme fort de la Transition en fin de la semaine dernière. Le Premier ministre aurait, selon nos sources, demandé si la manifestation de l’ex homme fort du pays Andry Rajoelina avait reçu une autorisation. Une question à laquelle les interlocuteurs du Pm auraient répondu par l’affirmative. 

Le locataire de Mahazoarivo aurait ensuite enquêté sur les raisons pour lesquelles Andry Rajoelina s’est vu obtenir une autorisation. La réponse à la question aurait été que la demande aurait été faite au nom d’une association de femmes. « Que chacun supporte les conséquences de ses actes », aurait ainsi fait valoir le Premier ministre. Des propos menaçants qui, s’ils s’avéraient, seraient forts déplorables pour l’image du Pm en particulier et du régime Rajaonarimampianina en général.

En tout cas, les rumeurs  enflent du côté d’Ambilobe depuis cesderniers jours sur des possibles représailles du régime. En effet, des bruits persistant affirment que les tenants du régime Rajaonarimampianina songeraient à faire des représailles. Selon ces informations, le chef de District et le préfet de Région ainsi que les premiers responsables des forces de l’ordre dans la localité d’Ambilobe seraient menacés de révocation, suite à la manifestation d’Andry Rajoelina. Certains élus dans cette partie septentrionale de la Grande île seraient également dans la ligne de mire des gens du régime. En tout cas, les prochains conseils de ministres seront scrutés de près par l’opinion publique.  

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff