Publié dans Politique

Pouvoir central-CUA - Solidarité obligée en présence des donneurs

Publié le mercredi, 14 mars 2018

Les projets d’aménagement urbain financés par les partenaires obligent les autorités gouvernementales et les autorités municipales d’Antananarivo à une solidarité de façade. Hier, toutes les deux ont été amenées à être côte à côte durant une descente effectuée dans les bas quartiers de la capitale en présence du secrétaire d’Etat français à la Coopération Jean-Baptiste Lemoyne, accompagné de l’ambassadrice de France Véronique Vouland-Aneini, de l’ambassadeur de l’Union européenne Antonio Benedito Sanchez Gaspar et du représentant de l’Agence française de développement (AFD).

L’équipe gouvernementale a été conduite par le ministre d’Etat chargé des projets présidentiels, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa et du ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lanto Rasoloelison. Pour sa part, le maire Lalao Ravalomanana a dirigé l’équipe de l’administration municipale. L’objet du rendez-vous était de constater de visu les réalisations sur le terrain en matière d’aménagement des quartiers de la ville. Les délégations ont également évalué les besoins pour les prochaines étapes à franchir.
Virtuellement
En effet, l’Union européenne et l’AFD ont contribué ensemble à la mise en œuvre de la phase II du projet Lalankely à hauteur de 5 millions d’euros au bénéfice d’un certain nombre de quartiers. Ceci étant, la phase III se profile à l’horizon pour un montant d’un peu plus de 22 millions des mêmes donneurs. Cette fois-ci, vingt-sept communes, dont la commune urbaine d’Antananarivo, en profiteront.
Après Ankazomanga dans le troisième arrondissement, les visiteurs se sont rendus à Manarintsoa Atsinanana pour « ausculter » virtuellement les cinq stations de pompage dont la santé physique s’est fortement dégradée après des années de négligence. Leur remise en marche devrait intervenir incessamment afin de protéger les bas quartiers contre toute éventuelle montée des eaux dans le cadre de la maîtrise des crues durant les saisons pluvieuses.
Bonne coordination
L’occasion était pour le ministre Benjamina Ramarcel Ramanantsoa de rappeler la nécessité d’alléger les pressions subies par la grande ville consécutivement à la forte croissance démographique. Les infrastructures existantes sont, selon lui, prévues pour
300 000 habitants alors que la capitale en compte aujourd’hui plus de 3 millions. Il faudrait alors réfléchir sur l’extension du cadre urbain. Le maire Lalao Ravalomanana, de son côté, a insisté sur le caractère impératif de la collaboration entre le pouvoir central et l’administration municipale afin de mériter la confiance des partenaires. Elle a ainsi mis en exergue le besoin d’une bonne coordination des actions. Elle a également souligné l’implication directe des habitants et le respect de la discipline et du respect mutuel.
Recueillis par Manou Razafy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff