Publié dans Politique

Ambilobe Hery Rajaonarimampianina hué par l’assistance

Publié le lundi, 19 mars 2018

La visite du Président Hery Rajaonarimampianina dans la ville d’Ambilobe hier dans la matinée n’a pas eu l’effet escompté. En effet, l’effervescence n’était pas au rendez-vous. Les partisans du Hvm ont dû recourir aux élèves du lycée et Geg pour grossir leurs rangs devant l’hôtel de ville,  à la grande déception du locataire d’Iavoloha qui pensait pouvoir ravir le succès enregistré par l’ancien Président de la Transition Andry Nirina Rajoelina lors de la descente effectuée par ce dernier à Ambilobe. C’est à peine s’il y avait le 1/5 de la foule venue au meeting du leader de la Révolution orange au stade municipal.
Tant bien que mal, Hery Rajaonarimampianina s’est adressé à l’assistance sur l’objet de sa visite. C’est en rapport avec les dégâts occasionnés par le cyclone "Eliakim" devait-il déclarer.  Il a remis à l’occasion 400 sacs de riz, 200 sacs d’haricot et 1000 feuilles de tôles pour venir en aide aux sinistrés dudit district. Il importe de savoir par exemple que sur les 200 sacs de riz offerts 8 reviennent à la commune urbaine d’Ambilobe laquelle compte 11 fokontany. Or chaque fokontany, devait indiquer un responsable de ladite commune, compte au moins 200 sinistrés. « Chaque sinistré bénéficiera peut-être d’un kapoaka de riz », a expliqué notre interlocuteur.


Frustration
Comme il fallait s’y attendre, Hery Rajaonarimampianina a mis à profit son déplacement à Ambilobe pour réitérer ses promesses sur la réhabilitation de la Rn6 reliant Ambanja à Antsiranana et Ambilobe à Vohémar. Il pensait sans doute que sa déclaration allait être accueillie par une ovation mais ce ne fut pas le cas. C’était plutôt des huées du public qui étaient entendues. Certes, il y eut quelques timides applaudissements mais  à la demande de l’orateur ou de ses partisans.  Frustré, les observateurs de la localité ont des raisons de croire que Hery Rajaonarimampianina l’était. Il est aussitôt reparti après son discours pour rejoindre le village de  Beramanja situé à environ 22 km d’Ambilobe à bord de son hélicoptère. N’en déplaise à certains parlementaires mais la cote de Hery Rajaonarimampianina à quelques mois des élections continue de chuter.
A.Lepêcheur

1 Commentaire

  • Posté par ramahay mandimby
    mardi, 20 mars 2018

    rehefa ry rajoelina no mandehandeha mitety tanàna dia inona zany no ataony ?
    amiko propagande alohan'ny fotoana ko zany
    aza dia manao lainga eo re ry journaliste fa ny marina lazaina a!

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff