Publié dans Politique

Adoption des projets de loi sur les élections ajournée - Le plan machiavélique du régime

Publié le mercredi, 21 mars 2018

L’adoption des projets de lois organiques censés régir les élections a été ajournée par l’Assemblée nationale. Depuis ces derniers jours, ces textes font débat notamment au niveau de l’Assemblée nationale. Avant-hier, les députés du Tiako i Madagascar (Tim) et du Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina, ont tiré la sonnette d’alarme dénonçant des lois démocraticides qui pourraient générer des crises si elles étaient adoptées sans amendements. 

Après plusieurs heures de discussions houleuses entre les députés,  entrecoupées d’une pause de deux heures, 70 parlementaires du Hvm ont voté pour l’ajournement de l’adoption des textes contre  68 députés du Tim et du Mapar ainsi que quelques indépendants réunis. La nécessité d’étudier en profondeur les amendements  apportés lors des travaux de commission est l’argument officiel avancé par les députés du régime Rajaonarimampianina qui ont demandé cet ajournement. Dans le projet de texte portant régime général des élections et des référendums , 87 articles ont été amendés ou supprimés. Pour beaucoup cependant, l’impossibilité d’atteindre la majorité absolue a contraint le régime Hvm à opter pour cet ajournement. Faut-il en effet rappeler que l’adoption d’une loi organique nécessite la majorité absolue des voix de la Chambre basse, soit  les voix de près de 76 députés. Un seuil inatteignable vu les rapports de forces à l’Assemblée nationale hier. 

Bruits de mallettes

Faut-il d’ailleurs le rappeler que seuls 70 députés du Hvm ont adopté l’ajournement. Pour les observateurs, le Gouvernement aurait ainsi concocté ce plan machiavélique d’ajourner l’adoption des textes électoraux afin de pouvoir mener des tractations et séduire des députés à rejoindre le camp présidentiel. Beaucoup craignent que l’objectif du régime ne soit le forcing en faisant adopter les projets de loi sans les amendements. Il faut noter que la séance dédiée à l’adoption du projet de loi organique portant régime général des élections, prévue commencer à dix heures du matin, n’a débuté que vers midi. Durant toute la matinée, des tractations ont été menées dans les travées de l’Assemblée nationale.

Notons par ailleurs que quelques députés auraient reçu une invitation à venir à la Primature hier dans la première matinée. Une invitation qui ne peut que susciter des interrogations dans la mesure où celle-ci a lieu quelques heures seulement avant une séance dédiée à l’adoption de projets de lois organiques sensibles à l’Assemblée nationale. Des informations sur la circulation de mallettes ont d’ailleurs été citées lors des débats hier à l’hémicycle. Une information démentie par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier. L’actuelle session extraordinaire du Parlement sera clôturée ce jour. Les textes sur les élections devront donc être inscrits à l’ordre du jour du Parlement lors d’une prochaine session extraordinaire, la troisième consécutive. Paradoxalement, l’Etat qui se plaint de ses finances devra payer les dépenses occasionnées par la convocation de cette session extraordinaire. Selon le Premier ministre, cette troisième session est motivée par des raisons techniques évoquant notamment la nécessité d’une navette parlementaire.

Recueillis par  La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff