Publié dans Politique

Droit de réponse sur l’affaire Houcine Arfa - Les révélations ahurissantes de Vonjy Todisoa R.

Publié le mercredi, 21 mars 2018

Ndlr

Ce « Droit de réponse » de Randriamaromanana Vonjy Todisoa, un de ceux qui ont été cités dans notre article, arrive à point nommé en ce qu’il aura permis finalement de mettre le doigt sur une aberration de plus dans ce dossier Houcine Arfa. Un « droit de réponse » qui, d’ailleurs, n’en est  pas un comme le confirme l’auteur lui-même qui parle de « précisions » dès le début de sa missive. Un « droit de réponse » qui, de surcroît, ne contredit nullement la teneur de notre article pour, au contraire,  en confirmer les principaux points  (perquisition au domicile de ses parents, litige avec une société chinoise,…).  

Mais ce qui est pour le moins ahurissant, c’est d’entendre Randriamaromanana Vonjy Todisoa déclarer qu’il ignore tout de la plainte à parquet pour escroquerie et abus de biens sociaux déposée contre lui début février 2017 et objet du soit transmis n° 322-PRT/PLAINTE/2017 du 02 février 2017. Ceci, alors que c’est cette plainte (et les procédures qui en ont été induites), qui aura été  l’étincelle ayant déclenché toute l’ « affaire Houcine Arfa », un dossier qui est en train d’éclabousser les hautes sphères de la 4è République et qui est encore loin de connaître son épilogue.

Quoi qu’il en soit, au vu des dénégations émises par Randriamaromanana Vonjy Todisoa, confrontées avec les documents qui nous sont parvenus, il semblerait bien que les parents de ce dernier lui aient donc fait écran afin, visiblement, de le préserver des tourmentes de cette affaire sulfureuse. Ainsi, le 10 février, c’est le père, Randriamaromanana Michel qui s’est présenté à la première convocation émanant de la Gendarmerie en charge de l’enquête judiciaire sur la plainte dirigée contre son fiston (voir facsimilé 1). De même, c’est la mère, Ravaonindrina Mariette qui, le 28 avril 2017, s’est chargée de porter plainte suite à la perquisition effectuée toujours dans le cadre de l’enquête suscitée (voir facsimilé 2). Quant aux convocations dont Vonjy Todisoa déclare ignorer l’existence, la Gendarmerie  affirme les avoir fait parvenir par le biais de ses parents, de son défenseur ou du chef du fokontany de son domicile 

(Voir facsimilé 3). Si le destinataire soutient ne pas avoir reçu lesdites convocations, ceux qui les ont réceptionnées les auraient donc escamotées.

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, l’on apprend donc par le biais du présent droit de réponse que, jusqu’à notre article  de samedi dernier, Randriamaromanana Vonjy Todisoa ignorait jusqu’à l’existence de la plainte pour escroquerie et abus de biens sociaux qui a été déposée à son encontre en février 2017. Une plainte que ses parents ont donc maintenu soigneusement à son insu et qui, par ailleurs, est restée sans suite depuis que  madame le procureur de la République d’Antananarivo, fin mois de mai 2017, a ordonné la suspension de l’enquête judiciaire y afférente. Pour quelles raisons ? Même les enquêteurs l’ignorent (voir facsimilé 4 et 5).

Dans tous les cas, beaucoup reste à dire sur cette affaire qui, même au vu des seuls pièces et documents actuellement disponibles, est loin d’avoir épuisé son lot de révélations fracassantes. 

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff