Publié dans Politique

Loi sur les élections - Les délits du Gouvernement

Publié le jeudi, 22 mars 2018

Le Conseil des ministres hier a convoqué les parlementaires pour une troisième session extraordinaire consécutive, laquelle débutera ce jour. L'adoption des projets de loi électoraux, notamment le projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums à Madagascar, sera une nouvelle fois au centre de tous les débats. Des dispositions de ce texte sont considérées comme démocraticides et génératrices de crise par les députés  du Tiako i Madagasikara, du Miaraka amin'ny prezida Andry Rajoelina et par de nombreux députés indépendants. Pour permettre à tout un chacun de se faire une idée des craintes des députés ci-après un tableau récapitulatif des divergences entre le projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums à Madagascar soumis par le Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier , l'ancien Code électoral ainsi que des remarques et propositions d'amendements.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff