Publié dans Politique

Les 4 vérités de Fleury Rakotomalala

Publié le mercredi, 11 avril 2018

 

Candidat recalé aux élections présidentielles de 2013, Fleury Rakotomalala livre son point de vue sur la situation actuelle dans le pays.

 La Vérité (+) : Quelles opinions donnez-vous à la situation dans le pays actuellement ?

Fleury Rakotomalala (=) : Ce qui se passe à Madagascar actuellement est un massacre institutionnalisé dont je ne veux pas être complice ;

Madagascar subit et vit des crises cycliques, ceci de manière régulière beaucoup disent que c'est le contexte mondial qui prévaut et on subit les conséquences de la globalisation. On dit aussi qu'on ne produit assez.

Le mal est beaucoup plus profond et les responsables on les sait, et on les voit,  ceux sont nos dirigeants actuels, depuis le sommet au niveau des acolytes de la République. Quelques hommes et femmes commandent la nation actuellement et font la pluie et le mauvais temps (les beaux temps exclusivement pour les apparatchik du pouvoir).  Tous les coups, toutes les opérations, toutes les magouilles, tous les montages et tout ce qui est valorisant : législation, lois foncières, Air Madagascar, JIRAMA...en parallèle le peuple vit dans la misère, dans la pauvreté, dans l'insécurité, dans l'expectative et dans le désarroi sans qu'il espère un lendemain brillant et rassurant.

 (+) : Vous avez pourtant été silencieux ces dernières années

(=) : Depuis presque quatre ans je me suis tu par respect au choix du peuple même si depuis mon élimination de la course à la Présidentielle de ne pas soutenir notre Président actuel, ceci connaissant ses penchants, ses capacités et surtout ses qualités de respect des  paroles données et sa fidélité envers les engagements convenus.

Voilà pourquoi aujourd'hui, il temps que j'exprime ma profonde colère envers ce régime, colère de par les maux, les diverses pressions par menaces verbales et des actes de violences, aussi se taire est une manière de complaire à cette déplorable situation.

J'exporte ceux qui étaient les citoyens, mes amis et entourage à réagir de la même façon 

 Notre pays encore une fois est dans une situation d'impasse, n'accusez pas les futurs dirigeants si demain les prix des produits de première nécessité enregistreront des prix galopant avec la dépreciation conséquente de notre ariary.

 (+) : Pourquoi? 

(=) : Parce qu'on a trop laissé nos dirigeants faire dans le mal mais pas pour le bien de la nation.

 (+) : Dans le court terme, quelle solution préconisez-vous ?

(=) : La solution immédiate exige la décision d'un homme (un vrai) d'Etat ou de Republicain. Je demande au Président de la République de Madagascar de se démettre de son poste : " cher Monsieur Hery Rajaonarimampianina, être à la tête d'un pays n'est pas un travail, c'est une mission. Mieux, c'est pour servir pas pour se servir". Alors vous êtes prié de le quitter. 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure
  • Patrimoine de l’Etat - Le HVM fait sa braderie
  • Election présidentielle 2018 - Andry Rajoelina le candidat le mieux préparé

Editorial

  • Calendrier irrévocable
    Un arbre de taille haute, sur le sommet de la colline, attire les foudres. C’est un phénomène physique  naturel. Dans une communauté humaine donnée, quelqu’un qui a réussi dans sa vie et parvient à se hisser au top de sa carrière attise des animosités. AndryNirinaRajoelina, ancien président de la Transition, de retour au pays, entame un périple de descentes sur terrains. A la bonne surprise générale ou à la désolation totale pour certains, c’est selon, le leader du Mapar/Tgv cartonne partout où il passe. Il a été accueilli de Mahajanga à Fianarantsoa, tout récemment, en passant par Antsohihy puis Soanierana-Ivongo jusqu’à Marolambo, pour ne citer que ces quelques localités-repères, par une population entièrement en phase et enthousiasme. L’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), détaillée en long et en large durant tout le parcours par son président-fondateur en personne, reçoit un écho plus que favorable. L’IEM est la bienvenue partout où…

A bout portant

AutoDiff