Publié dans Politique

Les 4 vérités de Fleury Rakotomalala

Publié le mercredi, 11 avril 2018

 

Candidat recalé aux élections présidentielles de 2013, Fleury Rakotomalala livre son point de vue sur la situation actuelle dans le pays.

 La Vérité (+) : Quelles opinions donnez-vous à la situation dans le pays actuellement ?

Fleury Rakotomalala (=) : Ce qui se passe à Madagascar actuellement est un massacre institutionnalisé dont je ne veux pas être complice ;

Madagascar subit et vit des crises cycliques, ceci de manière régulière beaucoup disent que c'est le contexte mondial qui prévaut et on subit les conséquences de la globalisation. On dit aussi qu'on ne produit assez.

Le mal est beaucoup plus profond et les responsables on les sait, et on les voit,  ceux sont nos dirigeants actuels, depuis le sommet au niveau des acolytes de la République. Quelques hommes et femmes commandent la nation actuellement et font la pluie et le mauvais temps (les beaux temps exclusivement pour les apparatchik du pouvoir).  Tous les coups, toutes les opérations, toutes les magouilles, tous les montages et tout ce qui est valorisant : législation, lois foncières, Air Madagascar, JIRAMA...en parallèle le peuple vit dans la misère, dans la pauvreté, dans l'insécurité, dans l'expectative et dans le désarroi sans qu'il espère un lendemain brillant et rassurant.

 (+) : Vous avez pourtant été silencieux ces dernières années

(=) : Depuis presque quatre ans je me suis tu par respect au choix du peuple même si depuis mon élimination de la course à la Présidentielle de ne pas soutenir notre Président actuel, ceci connaissant ses penchants, ses capacités et surtout ses qualités de respect des  paroles données et sa fidélité envers les engagements convenus.

Voilà pourquoi aujourd'hui, il temps que j'exprime ma profonde colère envers ce régime, colère de par les maux, les diverses pressions par menaces verbales et des actes de violences, aussi se taire est une manière de complaire à cette déplorable situation.

J'exporte ceux qui étaient les citoyens, mes amis et entourage à réagir de la même façon 

 Notre pays encore une fois est dans une situation d'impasse, n'accusez pas les futurs dirigeants si demain les prix des produits de première nécessité enregistreront des prix galopant avec la dépreciation conséquente de notre ariary.

 (+) : Pourquoi? 

(=) : Parce qu'on a trop laissé nos dirigeants faire dans le mal mais pas pour le bien de la nation.

 (+) : Dans le court terme, quelle solution préconisez-vous ?

(=) : La solution immédiate exige la décision d'un homme (un vrai) d'Etat ou de Republicain. Je demande au Président de la République de Madagascar de se démettre de son poste : " cher Monsieur Hery Rajaonarimampianina, être à la tête d'un pays n'est pas un travail, c'est une mission. Mieux, c'est pour servir pas pour se servir". Alors vous êtes prié de le quitter. 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup
  • Ex-ministre Andriamosarisoa Anicet - Détournement de 517 millions d'ariary via TAFITA
  • Contrat de pêche avec les Chinois - Quand l'économie bleue vire à la connerie des bleus HVM…
  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat

La Une

Editorial

  • Valeurs immuables
    Une armée de personnalités, des élus ou des intellectuels, des dirigeants politiques ou de Sociétés civiles, toute une plateforme de formations politiques ou d'associations, de simples citoyens, bref des personnalités célèbres dans leurs domaines respectifs se rangent publiquement du côté de Andry Nirina Rajoelina (ANR) et se disent prêts à faire aboutir cette bataille pour la magistrature suprême du pays. Le candidat n° 13, président de l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM), présenté à l'origine par le TGV/MAPAR est crédité d'un large soutien auprès d'une gamme de sensibilités nationales voire internationales.

A bout portant

AutoDiff