Publié dans Politique

Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »

Publié le mardi, 17 avril 2018

« Madagascar est miné par les dérapages d'une mauvaise gouvernance: gaspillage des deniers publics, conflits d'intérêts, malversations, abus de pouvoir, détournements de fonds, collusion et  corruption, pillages de nos richesses naturelles. Fléaux devenus des pratiques institutionnalisées par le régime actuel. Il ne se passe un jour sans qu'une scène odieuse et scandaleuse ne soit dévoilée au grand jour ». Les propos sont de Ihanta Randriamandranto, ancien ministre de l’Elevage.

Ce secrétaire général du parti politique Teza s’exprimait dans une lettre ouverte à ses compatriotes le week-end dernier, intitulé « L’ordre c’est un choix » où elle dénonce grosso modo l’anarchie à Madagascar.
« Le laxisme administratif, l'absence de vision, de contrôles et des règles inconsistantes d'une gouvernance trop "brouillonne", l'impossibilité de juger la responsabilité des dirigeants, les conflits d'intérêts des élus, nommés, et pressentis coincés entre leurs missions et leur bien être personnelle sont des facteurs de risque connus pour une corruption », a poursuivi Ihanta Randriamandranto, dressant la situation peu reluisante dans le pays.
Cette dernière s’inquiète par ailleurs du « risque de voir un dirigeant "narcissique" qui assurera l'euthanasie subtile de ses sujets en détournant l'intêret de la nation à son profit personnel. Certains croient et diront que nous avons, que nous élisons et nommons les dirigeants que nous méritons! ». La Sg du parti politique Teza soutient en effet que « la compétence, l’honnêteté ne sont plus des critères pour arriver, pour rester et pour détenir le pouvoir ». D’après la politicienne, Madagascar est dans « un système de complaisance dépendant d’une thérapie engourdissante qui assure l’immunité à ces addicts du pouvoir. Payer pour être au pouvoir, acheter pour être au pouvoir. Des sommes astronomiques, des milliards distribués, volatilisés, subtilisés, dépensés par ici et là sous les yeux pantois de toute une population appauvrie dans un pays devenu le plus pauvre au monde ! »
Pour Ihanta Randriamandranto, tous ces symptômes « vers une dérive inévitable et irréversible commencent à alerter une population qui ne veut plus être muette et irresponsable ». Cependant pour le membre du Teza, « éradiquer les maux collatéraux en déposant des plaintes aux instances concernées, HCC, BIANCO, SAMIFIN, et aux systèmes judiciaires.... ne sera pas suffisant pour avoir l'effet escompté de "nettoyeur" de la malversation. L’ancienne ministre sous Ravalomanana note en effet que « la nature humaine, l’appât du gain et les dirigeants à l’éthique douteuse ne disparaîtront pas avec la seule bonne volonté ». Pour elle, il est nécessaire de « conjuguer nos voix et nos actions pour s'insurger contre ces attitudes immondes, en formant un bloc pour devenir un grand système de contrôle sain, à défaut d'avoir des Institutions dignes de confiance, rendra plus compliqué, voire risqué, chaque tentative de malversation. Nous éviterons une nouvelle crise qui engendrera un naufrage économique pour notre pays ».
Elle estime en outre, que condamner les corrompus « c’est très bien ». Cependant, il importe selon Ihanta Randriamandranto « identifier les initiateurs pourraient laisser moins de portes ouvertes à la malversation, aux conflits d’intérêts et à la corruption ». Vers la fin de son message, la politicienne d’appeler ses compatriotes à devenir  « allergique aux mégalomanes narcissiques, aux scélérats, aux tricheurs, aux traitres, aux incompétents, aux mercenaires et aux addicts du pouvoir et autres personnages lugubres qui hantent et déshonorent notre Pays ». Et de conclure en soulignant que le parti Teza dit « Non à l’anarchie, remettons de la discipline, l’ordre est un choix ! »
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

La Une

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff