Publié dans Politique

Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !

Publié le mardi, 17 avril 2018

Décisive ! Cette semaine le sera certainement, du moins d’après le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (Cram) dans un communiqué hier. En effet, la décision de la Haute Cour constitutionnelle sur les lois électorales est attendue cette semaine. Il s’agit du Projet de Loi organique relative au régime général des élections et des référendums, du Projet de Loi organique relative à l'élection du Président de la République et enfin du Projet de Loi organique relative à l'élection des Députés à l'Assemblée Nationale adoptés à l’Assemblée nationale le 03 avril dernier.

Avant cette décision, les juges constitutionnels d’Ambohidahy ont déjà été interpellés par plusieurs entités quant aux nombreuses irrégularités contenues dans ces textes électoraux. La dernière interpellation en date est celle du groupement des experts de Madagascar qui ont explicitement saisi la HCC afin de souligner la non-conformité de ces textes à la Constitution.
En fin de semaine, ce samedi précisément, les 11 députés élus à Antananarivo sous les bannières Tim et Mapar effectueront un compte rendu à la population de la Capitale au parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Dans le contexte actuel, le Cram ne manque pas de faire un rappel des évènements précédant le mouvement populaire de 1991 dont la mise en place  du « Mandatehezana Miaro ny Sosialisma Malagasy » ou MMSM). Un fait qui est un signe avant – coureur de la chute du régime de l’époque sous la houlette du Président Didier Ratsiraka.
Répétition de l’histoire
Ainsi trois scénarios possibles sont évoqués par ce Cercle de réflexion. Dans le premier scénario, la Hcc déclare les lois électorales contraires à la Constitution et retour à la case départ au niveau des deux chambres du Parlement. Dans le second cas, le code électoral utilisé lors des élections présidentielles de 2013 est retenu pour les élections de cette année 2018. Quant au 3ème scénario, la HCC emboîte le pas au régime Hvm dans un forcing pour l’application des lois électorales. Dans ce dernier cas, « des millions d’électeurs seront dépossédés de leur droit de vote », selon toujours le Cram qui estime que la « révolution » éclatera si les tenants du pouvoir s’acharne à user de la force pour réprimer les manifestations d’opinion. Une révolution qui ne serait autre qu’une répétition dans l’histoire des chutes de régime à Madagascar selon toujours l’analyse du Cram.
Aux dernières nouvelles, une réunion de l’Organe mixte de conception convoquée par la Préfecture d’Antananarivo est prévue ce jour, sauf changement.Tout porte à croire que cette réunion débouchera sur une nouvelle interdiction de manifestation. Donc bras de fer en vue. Affaire à suivre !
Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff