Publié dans Politique

Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !

Publié le vendredi, 18 mai 2018

Un lapsus révélateur. Le service communication de la Présidence de la République a encore fait un buzz négatif sur les réseaux sociaux hier. « Les avocats du Président de la République Hery Rajaonarimampianina, accompagnés par 79 députés et 85 sénateurs, sont venus le matin du  18 mai 2018, déposer le Mémoire en défense du Président Rajaonarimampianina auprès de la Haute Cour Constitutionnelle à Ambohidahy, en réponse à la requête en déchéance du Chef de l’Etat déposée par les 73 députés de l’opposition », peut – on lire dans un communiqué publié par la Présidence de la République hier. En lisant le document, l’on s’aperçoit vite de l’erreur monumentale commise, c’est-à-dire le nombre de 85 sénateurs alors que le nombre total de députés est de 63 dont 3 non HVM (deux MAPAR et un TIM).

Une bourde décriée par les internautes qui n’ont pas hésité à pointer du doigt « l’habitude du HVM à gonfler les chiffres ».  Ce qui rappelle et explique d’ailleurs le décompte effectué lors de l’adoption des lois électorales. Ce n’est qu’après plusieurs heures de critiques que la Présidence s’est décidée à rectifier son erreur en soulignant que « le mémoire en défense est soutenu par 79 députés et 58 sénateurs ». À y voir de plus près, l’on s’interroge s’ils étaient effectivement au nombre de 58. Normalement, outre les 3 sénateurs issus d’autres formations politiques, ceux du HVM sont au nombre de 60 dont 58 présents. Pourtant, l’on a pu noter l’absence d’Honoré Rakotomanana, du président de la Chambre haute, Rivo Rakotovao, ainsi que de l’ancien Premier ministre Kolo Roger. Or, ils étaient encore 58 sénateurs !

Il va sans dire du nombre de 79 députés du camp présidentiel contre 73 députés pour le changement. Cela fait un total de 152 députés alors que le nombre total des parlementaires est de 151. Le compte est loin d’être bon puisque des députés décédés n’ont pas encore été remplacés.

S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff