Publié dans Politique

Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !

Publié le vendredi, 18 mai 2018

Un lapsus révélateur. Le service communication de la Présidence de la République a encore fait un buzz négatif sur les réseaux sociaux hier. « Les avocats du Président de la République Hery Rajaonarimampianina, accompagnés par 79 députés et 85 sénateurs, sont venus le matin du  18 mai 2018, déposer le Mémoire en défense du Président Rajaonarimampianina auprès de la Haute Cour Constitutionnelle à Ambohidahy, en réponse à la requête en déchéance du Chef de l’Etat déposée par les 73 députés de l’opposition », peut – on lire dans un communiqué publié par la Présidence de la République hier. En lisant le document, l’on s’aperçoit vite de l’erreur monumentale commise, c’est-à-dire le nombre de 85 sénateurs alors que le nombre total de députés est de 63 dont 3 non HVM (deux MAPAR et un TIM).

Une bourde décriée par les internautes qui n’ont pas hésité à pointer du doigt « l’habitude du HVM à gonfler les chiffres ».  Ce qui rappelle et explique d’ailleurs le décompte effectué lors de l’adoption des lois électorales. Ce n’est qu’après plusieurs heures de critiques que la Présidence s’est décidée à rectifier son erreur en soulignant que « le mémoire en défense est soutenu par 79 députés et 58 sénateurs ». À y voir de plus près, l’on s’interroge s’ils étaient effectivement au nombre de 58. Normalement, outre les 3 sénateurs issus d’autres formations politiques, ceux du HVM sont au nombre de 60 dont 58 présents. Pourtant, l’on a pu noter l’absence d’Honoré Rakotomanana, du président de la Chambre haute, Rivo Rakotovao, ainsi que de l’ancien Premier ministre Kolo Roger. Or, ils étaient encore 58 sénateurs !

Il va sans dire du nombre de 79 députés du camp présidentiel contre 73 députés pour le changement. Cela fait un total de 152 députés alors que le nombre total des parlementaires est de 151. Le compte est loin d’être bon puisque des députés décédés n’ont pas encore été remplacés.

S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff