Publié dans Politique

Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle

Publié le mardi, 22 mai 2018

La décision de la Haute Cour constitutionnelle sur la requête aux fins de déchéance déposée par les députés pour le changement est attendue incessamment.  La question est de savoir quelle sera sa décision par rapport à la requête qui lui a été soumise par les députés pour le changement. Une doléance qui constitue un test et un défi majeur pour la Cour constitutionnelle à un moment chaud où la cohésion nationale et la paix civile dans notre pays ne tiennent qu’à quelques fils de rasoir. De la position qu’elle prendra dépendra l’avenir du pays.

Le 25 avril dernier, 73 députés ont saisi la Haute Cour constitutionnelle pour qu’elle constate que le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a violé les dispositions de la Constitution en ne mettant pas en place la Haute Cour de justice jusqu’ici, et  qu’à ce titre, il ne saurait continuer à occuper impunément le fauteuil de Président de la République. 

 

Rappelons que la HCC est la plus haute juridiction de L'Etat malagasy en matière constitutionnelle.  La Haute Cour constitutionnelle de Madagascar est perçue comme le garant contre toute velléité de retour à l’arbitraire. La HCC est faite garante des droits fondamentaux de la personne humaine et des libertés publiques.  Les arrêts de  la Haute Cour constitutionnelle sont  sans appel  et qu’elle soit, de ce fait,  ce dernier rempart, une sorte de  plafond de verre indépassable qui met fin définitivement aux conflits et autres polémiques. 

Pour un certain nombre d’observateurs, en décidant de ne pas déchoir Hery Rajaonarimampianina, la Haute Cour constitutionnelle ne respecterait pas la Constitution et ouvrirait la porte à la gabegie et à la loi de la jungle. Si la Hcc censée être garante du respect de la Constitution ne respecte pas la loi fondamentale, qui dit que les autres institutions respecteront elles-mêmes les lois ? Si les hauts conseillers décident de garder Hery Rajaonarimampianina à la tête du pays, la HCC creusera davantage le fossé qui sépare le peuple malagasy de l’appareil judiciaire, lequel éprouve de la peine à inspirer confiance à nos concitoyens et aux partenaires extérieurs. Elle empruntera la voie du déshonneur et de la déchéance morale et risque de mettre le feu aux poudres.

Si, par contre, la Haute Cour constitutionnelle dit le droit en toute impartialité et avec toute la rigueur du scientifique, elle prisera le premier pas de la marche de la Grande-île vers I’ Etat de droit.  Ambohidahy contribuera ainsi grandement à la consolidation de la démocratie malagasy. Elle donnera les nouvelles raisons au peuple malagasy d’espérer la restauration effective de l’autorité de l’Etat et de commencer à faire davantage confiance à notre appareil judiciaire dont l’image n’est pas encore si reluisante. 

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff