Publié dans Politique

Ministère de l’Aménagement - Les dessous du forcing de Rajaonarimampianina

Publié le dimanche, 10 juin 2018

Dans quelques heures, en se référant à la décision de la HCC, le Premier ministre Ntsay Christian présentera son Gouvernement. Après discussions et négociations ont émaillé  les 7 jours suivants la nomination de Ntsay Christian. D’après les informations, le numéro un du régime fait des pieds et des mains pour que le ministère de l’Aménagement du territoire revient à un de ses poulains. Un ministère clé pour le régime dans la mesure où il aura à gérer une somme faramineuse autour de 300 millions Usd. Il s’agit du prêt auprès de l’Eximbank contracté par l’Etat afin de construire les routes partant de l’aéroport d’Ivato pour le centre-ville.

Des infrastructures prévues être achevées avant la réunion au Sommet de la Francophonie de 2016. Mais faute de budget ou pour des raisons ignorées, elles n’ont pas été commencées ou interrompues. Les entreprises chinoises sont encore en attente de leur dû et pour éviter de problème de trésorerie, elles ont pris la décision d’arrêter les travaux, notamment au niveau de la route de Tsarasaotra. Les travaux pourront ainsi de nouveau redémarrer… mais à quel prix. Selon une source, le budget alloué, soit le prêt contracté, à la construction de ces routes est 7 fois plus que le coût réel. Des routes à prix d’or dont le coût de revient d’un kilomètre peut être inscrit sur le « Guiness book ». Le Président de la république ne veut pas lâcher une telle manne quitte à enfreindre son statut «  de Président sanctionné » qui limite ses manœuvres. C’est le refus de valider ce prêt, décrié par les bailleurs de fonds, qui a valu le limogeage de Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances. Celui-ci a su tenir tête à ses supérieurs hiérarchiques et à leurs valets durant sa présence à Antaninarenina. Vonintsalama Andriambololona, actuelle ministre des Finances, aurait eu certainement sa dose, même pire, concernant cette affaire. Sentant le vent tourner, le régime a fait passer urgemment en Conseil des ministres la validation de ce prêt. C’est en effet l’une des grandes décisions prises par le défunt Gouvernement de Mahafaly Olivier Solonandrasana à quelques jours de sa mort certaine.

Avec les différences de la somme contractée et obtenue auprès de l’Eximbank et celle à utiliser réellement sur terrain, un parti politique aura de quoi à matelasser ses propagandes sur le dos des contribuables.

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff