Publié dans Politique

Gouvernement Ntsay - Accouchement prévu ce jour

Publié le dimanche, 10 juin 2018

Une naissance difficile. C'est le moins que l'on puisse dire de l'accouchement du Gouvernement. L'évènement, la formation du nouveau Gouvernement, devra se produire dans les prochaines heures. Le délai imparti par la Haute Cour constitutionnelle malagasy pour la nomination des ministres du tout nouveau Gouvernement échoit en effet ce jour. Dans son article 6 de sa décision du 25 mai dernier relative à la déchéance du Président de la République, la HCC dispose que : « le Président de la République nomme les ministres sur proposition du Premier ministre, dans un délai de sept (07)jours pour compter de la nomination du Premier ministre, conformément aux dispositions de l'article 54 de la Constitution et aux termes de l'Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l'Arrêt n°11-CES/AR 14 du 06 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la 4e République ». 

Le Premier ministre Christian Ntsay a été nommé le 4 juin dernier, le nouveau Gouvernement devra être rendu public ce jour normalement. A quelques heures de l'évènement tant attendu, aucun détail n'a filtré sur ce qui pourrait être sa composition. Seules des supputations circulent sur les hommes et femmes susceptibles de figurer dans l'équipe du nouveau ministre. 
Depuis sa nomination, le nouvel homme fort de la Primature Christian Ntsay a consulté la majorité des composantes de la société malagasy, en vue de constituer son équipe. Former un Gouvernement aura été particulièrement délicat pour le PM, compte-tenu des revendications des différentes sensibilités. D'un côté, Iavoloha continue de vouloir dicter sa loi en imposant ses hommes. De l'autre côté, les députés pour le changement continuent de marteler un zéro redoublement. Autrement dit, les manifestants du 13 Mai  ne veulent plus revoir les visages des anciens ministres du HVM. A l'image du nouveau Premier ministre, les députés pour le changement aspirent  à un attelage gouvernemental composé d'hommes et de femmes issus exclusivement des rangs du MAPAR, du TIM, du Hiaraka Isika, du Leader Fanilo. Du côté du 13 Mai, l'on se base effectivement sur l'arrêt n°11-CES/AR du 06 février 2014 portant proclamation des résultats définitifs des élections législatives du 20 décembre 2013 cité en référence par la HCC. Des dispositions qui sous-entendent clairement que la majorité des portefeuilles - ministériels devrait revenir au Miaraka amin'ny Prezida Andry Rajoelina et au Tiako i Madagasikara.
 La partie n'aura pas été aisée pour Christian Ntsay. L'ancien représentant de l'Organisation internationale du Travail, qui ambitionne de sortir le pays de la crise en tenant des élections au plus, a dû jongler entre l'entêtement d'Iavoloha et les desiderata de la population. En ce sens, le Premier ministre pourrait faire sortir de son chapeau un Gouvernement ouvert à toutes les parties prenantes...  En tout cas, les yeux seront rivés vers Iavoloha ce jour où l'annonce de la nouvelle équipe gouvernementale devrait avoir lieu.
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff