Publié dans Politique

Cyclone à la Primature - 113 membres du cabinet de l’ex-PM limogés

Publié le lundi, 11 juin 2018

S’il est vrai que parmi les missions de l’Organisation Internationale du  Travail (OIT) figurent la recherche du bien-être du travailleur, du plein-emploi ainsi que la sécurité de l’emploi, il n’a pas fallu longtemps au nouveau Premier ministre Ntsay Christian et non moins ancien représentant résidant du Bureau International du travail (BIT) à Madagascar pour s’apercevoir du sureffectif flagrant qui prévalait à la Primature, particulièrement au niveau du Cabinet de la Primature. Aussi, par la note de service N° 238 – PM/CAB, le locataire de Mahazoarivo a ordonné à son Secrétaire Général de procéder  à l’abrogation des nominations de 113 membres du cabinet de l’ancien  Premier ministre, dont 4 Conseillers spéciaux permanents, 21 Conseillers spéciaux non permanents, 20 Conseillers techniques permanents,  42 Conseillers techniques non permanents, 13 Chargés de mission permanent et enfin 12 Chargés de mission non permanent. Ci-après la liste exhaustive de ces fraîchement limogés. 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff