Publié dans Politique

Riana Andriamandavy VII en Communication - La presse scandalisée !

Publié le lundi, 11 juin 2018

Le summum de la provocation. La grande famille de la presse a sursauté hier après la nomination des membres du nouveau Gouvernement de Christian Ntsay. Certains continuent même de se pincer pour savoir s’il s’agit de la réalité ou d’une plaisanterie de mauvais goût concoctée par le régime HVM. Parmi les noms cités par le Secrétaire Général de la Présidence, celui du ministre de la  Communication, Riana Andriamandavy VII a scandalisé les journalistes. Le désormais ex – sénateur HVM succèdera donc à  Harry Laurent Rahajason.  Du coup, les réactions se sont enchaînées sur les réseaux sociaux. De nombreux journalistes ont officiellement déclaré leur appréhension, voire leur colère à la suite de cette nomination.  Si l’on devait retracer son parcours de ces dernières années, il faut dire que ce sénateur et non moins  beau – frère de la fameuse Claudine Razaimamonjy est tristement célèbre par la série d’infractions commises par celui-ci.

D’abord, l’attroupement des gros bras devant le siège du Bianco pour faire pression lors de la garde à vue de sa belle-sœur, ponctué par le caillassage en règle du portail de cette haute autorité judiciaire de la République l’année dernière. Le sénateur a bravé le règlement des détenus en passant une  nuit entière avec sa famille dans la chambre de Claudine Razaimamonjy alors que cette dernière est placée en garde à vue. Un statut qui ne lui permet pas de recevoir à sa guise des visiteurs. A cela s’ajoute la menace de mort à l’encontre de la présidence du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM), Fanirisoa Ernaivo, qui a fait l’objet d’une plainte en bonne et due forme déposée par cette dernière mais qui est restée lettre morte jusqu’ici. Sa nomination au sein du Gouvernement sonne comme une continuation, sinon une consécration de la culture de l’impunité. Bref, ce parlementaire (donc un faiseur de lois), pour défendre bêtement une présumée hors-la-loi, s’est mis lui-même hors la loi, est nommé ministre de la République, un membre de l’Exécutif censé appliquer, respecter et faire respecter la…loi. C’est sans doute la pilule la plus difficile, voire impossible à avaler dans ce  « nouveau » Gouvernement…   

Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff