Publié dans Politique

Riana Andriamandavy VII en Communication - La presse scandalisée !

Publié le lundi, 11 juin 2018

Le summum de la provocation. La grande famille de la presse a sursauté hier après la nomination des membres du nouveau Gouvernement de Christian Ntsay. Certains continuent même de se pincer pour savoir s’il s’agit de la réalité ou d’une plaisanterie de mauvais goût concoctée par le régime HVM. Parmi les noms cités par le Secrétaire Général de la Présidence, celui du ministre de la  Communication, Riana Andriamandavy VII a scandalisé les journalistes. Le désormais ex – sénateur HVM succèdera donc à  Harry Laurent Rahajason.  Du coup, les réactions se sont enchaînées sur les réseaux sociaux. De nombreux journalistes ont officiellement déclaré leur appréhension, voire leur colère à la suite de cette nomination.  Si l’on devait retracer son parcours de ces dernières années, il faut dire que ce sénateur et non moins  beau – frère de la fameuse Claudine Razaimamonjy est tristement célèbre par la série d’infractions commises par celui-ci.

D’abord, l’attroupement des gros bras devant le siège du Bianco pour faire pression lors de la garde à vue de sa belle-sœur, ponctué par le caillassage en règle du portail de cette haute autorité judiciaire de la République l’année dernière. Le sénateur a bravé le règlement des détenus en passant une  nuit entière avec sa famille dans la chambre de Claudine Razaimamonjy alors que cette dernière est placée en garde à vue. Un statut qui ne lui permet pas de recevoir à sa guise des visiteurs. A cela s’ajoute la menace de mort à l’encontre de la présidence du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM), Fanirisoa Ernaivo, qui a fait l’objet d’une plainte en bonne et due forme déposée par cette dernière mais qui est restée lettre morte jusqu’ici. Sa nomination au sein du Gouvernement sonne comme une continuation, sinon une consécration de la culture de l’impunité. Bref, ce parlementaire (donc un faiseur de lois), pour défendre bêtement une présumée hors-la-loi, s’est mis lui-même hors la loi, est nommé ministre de la République, un membre de l’Exécutif censé appliquer, respecter et faire respecter la…loi. C’est sans doute la pilule la plus difficile, voire impossible à avaler dans ce  « nouveau » Gouvernement…   

Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Programme d’Andry Rajoelina - Accent sur les énergies renouvelables
  • Conférence souveraine - Les candidats « anti-7 novembre » se couvrent de ridicule
  • Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains candidats
  • Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka
  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !

La Une

Editorial

  • Farce exutoire !
    Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

A bout portant

AutoDiff