Publié dans Politique

Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue

Publié le mercredi, 13 juin 2018

Dans une déclaration relayée par son porte – parole, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres salue la formation du  nouveau gouvernement à Madagascar et la récente nomination de Christian Ntsay au poste de Premier ministre, conformément à la décision du 25 mai de la Haute Cour Constitutionnelle. Et de féliciter « les efforts (…) des acteurs politiques malgaches pour parvenir à un compromis dans l'intérêt du peuple de Madagascar ». Sur cette lancée, le numéro un des Nations Unies appelle tous les acteurs politiques à renforcer le dialogue pour « consolider les acquis en matière de consolidation de la paix et de la démocratie dans le pays et pour ne pas compromettre les progrès vers un développement durable », selon ses termes. Les Nations Unies maintiennent également leur appui en vue des élections pacifiques, crédibles et inclusives cette année, conformément à la Constitution. Le Secrétaire général salue également l’étroite collaboration actuelle entre les Nations Unies, à travers son Conseiller spécial M. Abdoulaye Bathily, et les partenaires internationaux, y compris l’Union africaine et la Communauté de développement de l'Afrique australe, pour soutenir le processus de dialogue et de réconciliation à Madagascar. La position du SG des Nations Unies rejoint celle de la représentation de l’Union Européenne dans la Grande île.

 

Aller de l’avant

« La nomination du PM est le résultat d’un consensus, d’un accord pour aller de l’avant et apaiser le climat politique pour créer les conditions pour que les élections se tiennent dans les meilleures conditions de transparence, de crédibilité et d’inclusivité », a déclaré l’Ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar, Antonio Sánchez-Benedito au cours d’une rencontre avec le Premier ministre, Christian Ntsay à Mahazoarivo hier.

Et de rappeler qu’ « on a salué au niveau des autorités sa nomination,  je suis venu réitérer notre plein soutien, notre appui, l’importance que l’on donne à notre partenariat et notre pleine disposition à l’accompagner, à l’aider pour ce mandat qui est délicat, qui est énormément important mais qu’on est sûr qu’il va réussir et que l’ensemble de Madagascar et tout le pays va réussir ». Le diplomate européen se dit optimiste dans l’avancée de la situation mais reconnait néanmoins qu’il y aura toujours des difficultés et des obstacles ».

Recueillis par  S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff