Publié dans Politique

Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue

Publié le mercredi, 13 juin 2018

Dans une déclaration relayée par son porte – parole, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres salue la formation du  nouveau gouvernement à Madagascar et la récente nomination de Christian Ntsay au poste de Premier ministre, conformément à la décision du 25 mai de la Haute Cour Constitutionnelle. Et de féliciter « les efforts (…) des acteurs politiques malgaches pour parvenir à un compromis dans l'intérêt du peuple de Madagascar ». Sur cette lancée, le numéro un des Nations Unies appelle tous les acteurs politiques à renforcer le dialogue pour « consolider les acquis en matière de consolidation de la paix et de la démocratie dans le pays et pour ne pas compromettre les progrès vers un développement durable », selon ses termes. Les Nations Unies maintiennent également leur appui en vue des élections pacifiques, crédibles et inclusives cette année, conformément à la Constitution. Le Secrétaire général salue également l’étroite collaboration actuelle entre les Nations Unies, à travers son Conseiller spécial M. Abdoulaye Bathily, et les partenaires internationaux, y compris l’Union africaine et la Communauté de développement de l'Afrique australe, pour soutenir le processus de dialogue et de réconciliation à Madagascar. La position du SG des Nations Unies rejoint celle de la représentation de l’Union Européenne dans la Grande île.

 

Aller de l’avant

« La nomination du PM est le résultat d’un consensus, d’un accord pour aller de l’avant et apaiser le climat politique pour créer les conditions pour que les élections se tiennent dans les meilleures conditions de transparence, de crédibilité et d’inclusivité », a déclaré l’Ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar, Antonio Sánchez-Benedito au cours d’une rencontre avec le Premier ministre, Christian Ntsay à Mahazoarivo hier.

Et de rappeler qu’ « on a salué au niveau des autorités sa nomination,  je suis venu réitérer notre plein soutien, notre appui, l’importance que l’on donne à notre partenariat et notre pleine disposition à l’accompagner, à l’aider pour ce mandat qui est délicat, qui est énormément important mais qu’on est sûr qu’il va réussir et que l’ensemble de Madagascar et tout le pays va réussir ». Le diplomate européen se dit optimiste dans l’avancée de la situation mais reconnait néanmoins qu’il y aura toujours des difficultés et des obstacles ».

Recueillis par  S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff